Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, se donne quelques jours pour encaisser le coup, à la suite de la composition du conseil des ministres.

Donald Martel encore sous le choc

NICOLET — Au lendemain de la composition du conseil des ministres, le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, préférait toujours ne pas accorder d’entrevue vendredi. Écarté du premier cabinet Legault, et à la lumière d’une courte conversation avec Le Nouvelliste, il veut manifestement se donner du temps pour digérer la nouvelle, qui fut d’ailleurs mal accueillie par les intervenants de la rive sud.

Celle-ci est d’autant plus cruelle qu’il a vu le poste de whip en chef lui échapper au profit d’un collègue de la région, soit Éric Lefebvre, député d’Arthabaska. Nommé ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, le député de Johnson, André Lamontagne, sera responsable du Centre-du-Québec.

Et quand Donald Martel regarde de l’autre côté du fleuve, il voit deux de ses recrues, Sonia LeBel et Jean Boulet, hériter de responsabilités ministérielles. 

Au terme du week-end, il pourrait s’adresser aux médias. Mais encore là, le principal intéressé ne s’est pas engagé à le faire dès lundi.

Revenu de ses émotions, le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, cherchait toujours à comprendre la décision du premier ministre François Legault.

«Je ne comprends pas encore tout à fait la situation. Il y a un bon conseil de ministres. Il y a deux nominations ici, notamment Sonia LeBel et Jean Boulet. Je suis content qu’on ait le ministre du Travail proche de nous. J’aurai affaire à lui parce qu’on a comme quelque chose qui ressemble au ministère du Travail à régler de ce côté-ci», a-t-il commenté, faisant allusion au lock-out à l’Aluminerie de Bécancour.

Mais comme premier magistrat, il est d’avis «qu’il y a avantage à ce que ton député soit également ministre». «Plusieurs sont contents d’avoir un ministre chez eux. Nous autres, faut-il être déçus de ne pas en avoir? Je jugerai l’arbre à ses fruits dans un an», a ajouté celui qui trouve injuste que Donald Martel soit cloué au banc maintenant que son équipe est championne.

Finalement, le préfet de la MRC de Bécancour, Mario Lyonnais, s’est aussi dit déçu de la tournure des événements. «On s’attendait à avoir soit un ministre ou un whip chez nous, quelqu’un assis à la table des ministres pour nos dossiers. C’est un bon combattant de la première heure pour la CAQ. J’ai laissé un message à Donald pour lui dire que la population, qui l’a appuyé même dans l’opposition, est en arrière de lui. On sait qu’il va quand même faire cheminer les dossiers et qu’il va faire le travail», a-t-il conclu.