Une rencontre déterminante avec le chef François Legault a convaincue Nadine Girault de faire le saut avec la CAQ.

Devenue caquiste après l’attentat à la Grande Mosquée

La recrue de la Coalition avenir Québec Nadine Girault a tourné le dos au Parti libéral après l’attentat à la Grande Mosquée de Québec, car elle n’a pas apprécié l’«arrogance» du parti sur la question du port des signes religieux.

Quelques semaines après l’attentat, les partis d’opposition à l’Assemblée nationale avaient trouvé un consensus sur cette délicate question, qui s’approchait des recommandations de Bouchard-Taylor. Ils espéraient la collaboration du PLQ, afin de mettre un terme à ce débat une fois pour toutes.

«J’ai pas aimé qu’on refuse la main tendue» a soutenu Mme Girault lors du dévoilement de sa candidature, samedi. En anglais, elle a ajouté que le PLQ est déconnecté de la population sur cette question. 

LIRE AUSSI: La ligne rose trop chère, mais pas le troisième lien, dit la CAQ

Se disant amie de la ministre libérale Dominique Anglade, la haute gestionnaire a versé des dons de 100 $ au Parti libéral pendant quatre ans. «Quand on a une amie qui se présente en politique, bien on l’appuie», justifie-t-elle. Son premier don au PLQ date toutefois de 2012, alors que Mme Anglade était à la CAQ. Le cabinet de la ministre Anglade a tenu à préciser plus tard que les deux femmes ne sont pas des amies proches, mais des connaissances. 

Une rencontre déterminante avec le chef François Legault a convaincue Mme Girault de faire le saut avec la CAQ. Celle qui est née au Missouri, a vécu en Gaspésie et travaille à Montréal tentera sa chance dans la circonscription de Bertrand, dans les Laurentides. 

Après Svetlana Solomykina dans Taschereau, il s’agit de la deuxième candidate de la CAQ à expliquer cette semaine s’être détournée des libéraux en raison de leur position sur l’identité québécoise. M. Legault a rappelé que Vincent Caron, le candidat dans Portneuf, a claqué la porte du parti pour les mêmes raisons. 

M. Legault a également annoncé samedi que la candidature du président de la CAQ Stéphane Le Bouyonnec. Pour l’ex-député, il était évident qu’il serait de retour comme candidat après sa «défaite crève-coeur» en 2014. Celui qui est un membre fondateur de la CAQ se présente de nouveau dans La Prairie, en Montérégie.