La ministre Lise Thériault.

Des groupes de femmes veulent causer les yeux dans les yeux avec la ministre Thériault

Des groupes féministes québécois invitent la ministre responsable de la Condition féminine, Lise Thériault, à les rencontrer afin de lui expliquer pourquoi la lutte féministe a encore sa place au Québec.
Dans un communiqué, mardi, le groupe des Treize a réagi aux propos de la ministre, qui a confié à La Presse Canadienne ne pas se considérer féministe, dans une entrevue publiée dimanche.
La coalition estime que le refus de s'afficher comme féministe dénote une «vision stéréotypée et péjorative du féminisme». EIle rappelle que le féminisme est le désir d'égalité entre les droits des femmes et des hommes.
L'égalité de toutes les femmes
Le groupe des Treize, dont font notamment partie la Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle (CLES), la Fédération des femmes du Québec (FFQ) et la Fédération des maisons d'hébergement pour femmes, trouve inquiétant que la ministre de la Condition féminine ne soit pas mieux renseignée sur l'importance du mouvement pour l'égalité de toutes les femmes.
En entrevue avec La Presse Canadienne, Lise Thériault, nouvellement affectée au ministère de la Condition féminine, s'est dite «plus égalitaire que féministe».
Pas «de cette génération-là»
Le lendemain, sa prédécesseure, Stéphanie Vallée, a ajouté sa voix à celle de sa collègue, affirmant ne pas être «de cette génération-là».
Les 13 groupes de femmes invitent la ministre à les rencontrer pour apprendre «comment le féminisme nous aide à comprendre les impacts néfastes des mesures d'austérité sur les femmes, comment les compressions imposées au Conseil du statut de la femme, aux groupes communautaires, aux programmes et aux services publics nuisent à l'atteinte de l'égalité», dit le communiqué.