Nommé Rafale blanche, le déploiement militaire fera l'objet de tirs avec des munitions réelles et à blanc.

Des airs d'occupation militaire en Chaudière-Appalaches

Le Québec n'est pas en guerre, pas plus que Saint-Joseph-de-Beauce n'est sous occupation militaire. Les habitants des régions de la Beauce, de Lotbinière et de L'Érable auront pourtant cette impression, du 28 janvier au 5 février.
Pas moins de 2500 soldats et 700 véhicules de la Garnison Valcartier se rassembleront à Saint-Joseph-de-Beauce. De là, ils se disperseront dans six municipalités de la Chaudière-Appalaches, où ils participeront à des exercices en milieu hivernal. Des convois formés de 10 véhicules chacun sillonneront les routes et les villages. Les troupes se déplaceront également en motoneige, en raquette et en ski.
Les soldats au sol seront appuyés par des aéronefs, dont un CC-177 - énorme avion-cargo -, duquel des troupes aéroportées seront déployées. Des hélicoptères CH-146 Griffon et des Alpha Jet s'ajoutent à la liste du matériel utilisé.
Rafale blanche
Nommé Rafale blanche, le déploiement militaire fera l'objet de tirs avec des munitions réelles et à blanc.
«Nous avons des ententes avec des propriétaires de terres du coin. Pour notre sécurité et celle de la population, tout se fera dans un espace encadré», a assuré le capitaine Mathieu Dufour, des Forces armées canadiennes.
L'entraînement survient alors que deux unités de la base militaire de Valcartier se rendront en Arctique pour deux exercices, en mars et en avril.
Le gouvernement canadien lui-même semble avoir un regain d'intérêt pour la militarisation de l'Arctique. Le premier ministre, Stephen Harper, a multiplié ses visites dans le Grand Nord canadien ces dernières années afin d'affirmer la souveraineté territoriale du pays dans l'Arctique.
Pour le capitaine Dufour, il s'agit tout simplement d'une mission de défense. «Ça fait 10 ans qu'on parle de l'Afghanistan, mais la priorité a toujours été de défendre le Canada. Nos critères, c'est d'être capables d'opérer dans un déploiement hivernal.»
Des activités portes ouvertes sont aussi prévues durant la fin de semaine des 1er et 2 février dans les différentes municipalités «occupées».