Denis Lemieux démissionne de son poste de député de Chicoutimi–Le Fjord.

Denis Lemieux démissionne

Une nouvelle bombe politique a explosé, lundi matin, alors que le député fédéral de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, a annoncé sa démission dans un communiqué transmis aux services de nouvelles sur le coup de 9 h.

« J’annonce à la population de ma circonscription électorale, à mes amis, précieux collaborateurs et collègues du Parlement canadien que je démissionne de mon poste de député de Chicoutimi-Le Fjord. La seule et unique raison qui motive cette décision mûrement réfléchie est d’ordre familial.

Je tiens à remercier sincèrement les électeurs qui m’ont appuyé au cours de ces dernières années. Je garderai une très grande fierté de les avoir servis au meilleur de mes connaissances et compétences dans le gouvernement du très honorable Justin Trudeau », a indiqué le député dans son communiqué.

Selon des informations obtenues auprès d’une source bien informée, le député n’appréciait pas que des membres de sa famille soient victimes de commentaires déplacés en raison de son rôle de député libéral. Il évoque cette cause dans le communiqué diffusé ce matin quand il motive son départ par des raisons familiales. 

D’ailleurs, lors d’une entrevue accordée au Quotidien il y a quelques semaines, le député Lemieux avait indiqué que s’il n’en tenait qu’à sa famille, il démissionnerait le soir même, et ce, bien qu’il ait beaucoup de plaisir à aider sa région par son rôle de député.

« Je considère que la décision des Canadiens et Canadiennes d’avoir choisi monsieur Trudeau comme premier ministre, en 2015, s’avère de plus en plus juste et profitable pour notre pays. Vous comprendrez que je souhaite fortement que Chicoutimi-Le Fjord demeure représentée par un ou une député (e) libérale à la suite de l’élection partielle qui suivra mon départ de la vie politique », a ajouté le député démissionnaire tout en indiquant qu’il allait profiter des prochaines semaines pour faire le transfert de ses dossiers au whip en chef du gouvernement.

Il a aussi annoncé qu’il entendait poursuivre les rencontres individuelles à son bureau de comté d’ici son départ.

Rappelons que Denis Lemieux versait tout son salaire de député à des œuvres de charité. Louis Tremblay

Karine Trudel

Karine Trudel surprise

(Louis Tremblay) – La députée néo-démocrate de Jonquière aux Communes, Karine Trudel, n’a pas caché sa surprise devant la décision de son collègue libéral dans Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, de quitter la politique après seulement deux ans de mandat.

Selon la députée, rien ne pouvait laisser transparaître que son collègue libéral avait l’intention de quitter la vie politique aussi rapidement. 

Elle a bien lu comme tout le monde certaines allusions du député dans les médias à l’effet que cette carrière était son choix et non celui de sa famille, mais rien de plus.

Il n’est pas rare que des députés, que ce soit aux Communes ou à l’Assemblée nationale, tissent des liens d’amitié nonobstant l’appartenance à une formation politique. Tout indique que ce n’était pas nécessairement le cas pour les deux députés fédéraux du Saguenay.

« M. Lemieux ne m’a fait aucune confidence », a répondu la députée Trudel. 

La politique est faite de revirements et ce qui se passe en ce moment illustre assez bien cette réalité pour Karine Trudel.

« Je n’aurais jamais cru il y a deux ans que je deviendrais la parlementaire la plus expérimentée des trois députés fédéraux au Saguenay-Lac-Saint-Jean avant la fin de mon mandat », a ajouté Karine Trudel.

Le premier ministre du Canada devra obligatoirement annoncer la tenue d’une élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord dans un délai maximum de six mois après la démission officielle de Denis Lemieux de la Chambre des communes.

Richard Hébert

Richard Hébert déçu

(Laura Lévesque) – À peine arrivé dans l’équipe Trudeau, Richard Hébert perd son collègue régional à la Chambre des communes. L’ancien maire dolmissois s’est dit surpris, mais surtout déçu, de la démission de Denis Lemieux. Un homme solidaire qui a fait beaucoup pour la région, a constaté le député de Lac-Saint-Jean.

« D’abord, je suis déçu. Il a travaillé fort pour la région et personne ne peut dire le contraire. Il va nous manquer, mais maintenant, il faut respecter son choix », a exprimé M. Hébert, rappelant qu’il a reçu l’aide de M. Lemieux pendant sa campagne électorale.

Le nouveau député, comme plusieurs autres membres du Parti libéral du Canada, a été pris par surprise, lundi matin. Denis Lemieux n’avait pas avisé ses collègues. Richard Hébert, qui se trouvait en transit entre Bagotville et Ottawa, n’avait pas encore été en mesure de lui parler de vive voix lundi après-midi. « Je suis surpris, c’est évident. Je n’ai pas pu lui parler encore, mais je compte bien le faire. »

Le député de Lac-Saint-Jean, qui vient tout juste de compléter une campagne électorale de plusieurs semaines, n’a pas voulu s’avancer sur l’élection partielle dans la circonscription voisine. Richard Hébert a refusé de commenter ce sujet, tenant à laisser toute la place à son ancien collègue.

« Aujourd’hui, c’est la journée à Denis Lemieux. Les gens doivent souligner ce qu’il a accompli, car en deux ans, il en a fait des choses. On n’a qu’à penser aux 136 millions $ qui ont été injectés pendant son mandat, dont 96 millions $ à la base de Bagotville. Il a également réussi un tour de force en convainquant Justin Trudeau de tenir son caucus dans la région », a insisté M. Hébert.