Les maires de Rimouski et de Montréal, Eric Forest et Denis Coderre s'entendent pour changer le statut des municipalités.

Denis Coderre amorce sa tournée des régions à Rimouski

Le maire de Montréal, Denis Coderre, veut réinventer le statut des municipalités pour ne plus qu'elles soient traitées comme «des créatures des provinces.» Le maire de Rimouski et président de l'Union des municipalités du Québec (UMQ), Éric Forest, partage son ambition.
Les deux magistrats sont prêts à se faire entendre lors de la prochaine campagne électorale provinciale, si nécessaire, sur les projets de charte des municipalités et d'un nouveau pacte sur la fiscalité mis de l'avant par l'UMQ.
«L'année 2014 sera l'année du pouvoir municipal. Il y a un nouveau partenariat dans le monde municipal. L'alliance entre Régis Labeaume, maire de la capitale et moi ainsi que l'Union des municipalités du Québec dans les régimes de retraite est un positionnement très sain pour le citoyen. On s'est tenu de bout avec l'UMQ dans le dossier des régimes de retraite [...] Il y a un gouvernement minoritaire à Québec, des élections qui s'en viennent au fédéral et pleins d'opportunités... On n'est plus des créatures des provinces. Il faut réinventer la municipalité », a déclaré M. Coderre, qui était à Rimouski hier, pour amorcer sa tournée des régions québécoises.
«Il y a une interdépendance; quand Montréal souffre, le reste du Québec souffre. Quand les régions du Québec soufrent, cela n'aide pas Montréal non plus», a-t-il. Comme exemple, il mentionne que Montréal a plus souffert que les régions de la crise de l'industrie forestière.
M. Coderre se dit favorable à la création d'une Maison des régions à Montréal afin de favoriser les échanges commerciaux, un aveu prononcé devant les membres de la chambre de commerce et de l'industrie de Rimouski-Neigette.
Quant à Éric Forest, il espère beaucoup de la rencontre de mardi avec le gouvernement du Québec. «Si on est dans une campagne électorale dans quatre mois, le monde municipal se fera entendre. La solidarité municipale renaît avec une vigueur qu'on a rarement vu au Québec».
Les Expos et le pont
Le retour éventuel des Expos a été abordé, mais Denis Coderre a plutôt esquivé la question d'une contribution financière de Québec pour la construction d'un nouveau stade. « Je ne vois pas le dossier comme celui de l'amphithéâtre à Québec. Ce n'est pas juste de bâtir un amphithéâtre et d'acquérir une concession, il y a les opérations et l'entretien de cette concession. Je veux d'abord rencontrer le secteur privé. [...] Il faut partir de la bonne façon, être responsable, lucide et réaliste.»
Le maire de Montréal a aussi donné raison à la première ministre Pauline Marois qui craint que la reconstruction du pont Champlain soit perturbée en raison du manque de collaboration entre Ottawa et Québec .«Avec raison, Mme Pauline Marois met de la pression. Ce n'est pas juste un dossier Québec-Canada mais aussi les autres partenaires qui sont partie prenantes [...] Je comprends le jeu des juridictions mais j'ai besoin d'une entente cadre entre les partenaires», a lancé le maire.