Gérard Deltell

Deltell défie le PQ de présenter ses vedettes à Québec

Le député caquiste de Chauveau, Gérard Deltell, remet en question le parachutage de candidats péquistes qui vivent à Québec, mais briguent les suffrages à l'extérieur de la région.
L'annonce de la candidature - imposée - de l'ancien journaliste Alexis Deschênes dans la circonscription de Trois-Rivières a suscité une vive réaction chez le leader parlementaire de la Coalition avenir Québec (CAQ).
«C'est le troisième péquiste, ancien journaliste de Radio-Canada, qui vit à Québec, qui a choisi d'élever sa famille à Québec, qui n'a aucune racine dans son comté, mais qui se présente à l'extérieur de la ville de Québec», a-t-il dénoncé.
Outre M. Deschênes, il référait aux ministres Bernard Drainville (Marie-Victorin) et à Pierre Duchesne (Borduas). Tous trois ont été journalistes à la télévision de Radio-Canada.
«Moi, je comprends pas. Quand tu choisis de vivre dans une ville, c'est parce que tu l'aimes, tu l'apprécies, t'es en communion avec les citoyens et tu veux les représenter», a poursuivi M. Deltell.
Pourquoi pas Chauveau?
Celui-ci se demande aussi pourquoi la mairesse de Lac-Delage, Dominique Payette, qui a aussi travaillé pour Radio-Canada, se présenterait dans la circonscription de Charlesbourg plutôt que Chauveau, toujours pour le Parti québécois. «Elle aurait pu se présenter dans mon comté si elle se présente», a-t-il défié.
Le politicien, lui-même un ancien journaliste de TQS, ne va pas jusqu'à dire que les «vedettes» du PQ ont peur de lui ou ses cinq collègues caquistes de la région de Québec, mais il dit «se poser des questions».
À la veille des élections, M. Deltell se dit confiant de conserver et même d'accroître la présence de la CAQ dans la capitale, sans toutefois crier victoire. «Malheur à celui qui est sûr d'être réélu, c'est le début des problèmes», répète-t-il.