Warren Allmand, le 26 novembre 1973

Décès de l'ex-politicien montréalais Warren Allmand

Warren Allmand, qui a régné pendant plus de trente ans comme député fédéral dans la circonscription montréalaise de Notre-Dame-de-Grâce, est décédé mercredi. Il avait 84 ans.
Warren Allmand en 2005
Le premier ministre Justin Trudeau a salué la mémoire de celui qui a été ministre dans les gouvernements de son père, soulignant ses «énormes contributions» au Canada.
Le maire de Montréal, Denis Coderre, a annoncé sur Twitter que les drapeaux de l'hôtel de ville seraient en berne en hommage à M. Allmand, qui a aussi été conseiller municipal du district de Loyola pour le défunt parti Union Montréal après sa retraite de la politique fédérale.
Né en 1932 à Montréal, Warren Allmand a étudié en droit civil à McGill, pour être admis au Barreau en 1958.
En 1965, il se présente pour la première fois sous la bannière libérale dans la circonscription de Notre-Dame-de-Grâce. Il sera élu sans interruption jusqu'en 1993, malgré les défaites de son parti en 1979, 1985 et 1989.
Pendant les années au pouvoir du Parti libéral, M. Allmand a été Solliciteur général du Canada, de 1972 à 1976. C'est lui qui avait piloté l'épineux dossier de l'abolition de la peine de mort au Canada, en 1976.
Il a ensuite assumé le rôle de ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien, de 1976 à 1977, avant d'être nommé à la tête du ministère de la Consommation et des Corporations, qu'il a dirigé de 1977 à 1979.
En 1997, il quitte la politique fédérale pour devenir président du Centre international des droits de la personne et du développement démocratique, qu'il présidera jusqu'en 2002.
En 2000, il est nommé Officier de l'Ordre du Canada, qui a souligné son dévouement «comme politicien et comme leader dans le domaine des droits de la personne».
Quelques années plus tard, il devient président national du Mouvement fédéraliste mondial pour le Canada, pour lequel il militera jusqu'à tout récemment.