Daniel Johnson

Daniel Johnson en conflit d'intérêt: «à la limite du délire», dit Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard a qualifié de «délire» les allégations voulant que l'ex-premier ministre Daniel Johnson puisse être en situation de conflit d'intérêts en raison de sa proximité avec le chef libéral et sa présence du c.a. de Bombardier.
Selon Le Journal de Montréal, la situation ferait sourciller des libéraux et l'ancien représentant des travailleurs d'Aveos, Jean Poirier. «Moi, j'ai trouvé que ces allégations sont à la limite du délire, a déploré M. Couillard, mardi. [...] Qu'on veuille souligner une possible coexistence de conflits, je trouve ça excessivement déplacé, insultant pour l'individu et dégradant pour le débat public.» Le chef caquiste François Legault juge pour sa part qu'il s'agit de «questions légitimes». Selon lui, «M. Johnson s'est fait donner des options d'achat d'action de Bombardier à prix fixe. Ça veut dire que chaque fois que le prix des actions de Bombardier augmente, Daniel Johnson fait de l'argent personnellement. Donc, y a-t-il un conflit d'intérêts?» En Chambre, le premier ministre a répondu à la CAQ qu'on «ne parle pas d'un ancien premier ministre du Québec, honorable, intègre, respecté, admiré» de cette façon.