Bernard Drainville

Course à la direction du PQ: Drainville loin de concéder la victoire

Bernard Drainville est loin de concéder la victoire à Pierre Karl Péladeau dans la course à la chefferie du PQ. «On sent qu'on est sur une lancée», a affirmé le député de Marie-Victorin en dévoilant un nouvel appui à sa campagne pour succéder à Pauline Marois.
M. Drainville a fait part de son analyse, lundi, en conférence de presse pour accueillir dans son équipe André Villeneuve. Le représentant de Berthier est devenu le septième élu du Parti québécois à se ranger dans le clan Drainville.
Ce dernier a insisté sur le fait que deux élus ont rallié son clan depuis le premier débat entre les aspirants à la direction de la formation politique, soit M. Villeneuve et Sylvain Gaudreault (Jonquière).
«Pour moi, c'est un signal de ce que je sens sur le terrain. Ce n'est pas un hasard. [...] On est en montée, on est en progression. De plus en plus de membres adhèrent à nos idées. Il y a du mouvement. Ça va dans la bonne direction.»
Le candidat Drainville s'est refusé à dire que Pierre Karl Péladeau n'est plus favori pour devenir chef. «C'est à vous de le dire. Ce que je peux dire, c'est que les choses vont bien.»
Il a prudemment évité de s'attaquer au député de Saint-Jérôme. Pour Bernard Drainville, les échanges entre les candidats peuvent être costauds. Mais, a-t-il répété une autre fois, «il ne faut pas trop se maganer. Il ne faut pas tomber dans les attaques personnelles.»
Il a laissé entendre qu'il considère avoir bien tiré son épingle du jeu pendant les débats entre les aspirants. Parce que «nous avons développé beaucoup de contenu depuis le début de la campagne. Sans aucun doute, la campagne qui a proposé le plus de contenu, d'idées» que ses adversaires. Pour la suite des choses, «je continue de miser sur la bonne humeur, sur les idées et sur une campagne rassembleuse».
Appui d'André Villeneuve
C'est ce dernier point qui a attiré le député Villeneuve. «Bernard réussit à faire de la politique autrement, à faire des compromis, a-t-il commenté. Il a un talent d'orateur indéniable. Il est capable de discuter longuement. J'en arrive à la conclusion qu'il est le plus rassembleur.»
Le nom d'André Villeneuve a circulé, à l'automne 2011, comme étant un de ceux qui avaient réclamé le départ de la chef Pauline Marois, une mutinerie qui avait échoué. Répondant à une question d'un journaliste, M. Villeneuve a rétorqué «avoir toujours été loyal» envers les chefs du PQ et que «je serai toujours loyal».
Il a précisé que les propos qu'on lui attribuait, «on n'a jamais trouvé de qui ça venait. [...] Je m'inscris en faux sur l'interprétation que vous en faites», a-t-il fait savoir en niant tout manque de loyauté.