Le premier ministre Philippe Couillard quitte le Salon bleu après la période de questions, mercredi.

Courriels avec Marc-Yvan Côté: Couillard plaide son humanité

En 2012, Philippe Couillard a tendu la main à un Marc-Yvan Côté en pleine tourmente éthique «comme tout être humain qui se respecte». 
Un échange de courriels entre M. Couillard, peu avant son retour en politique, et M. Côté, ex-organisateur libéral, alors éclaboussé par un reportage sur le financement du PLQ, a été publié mercredi par le Journal de Québec
«J'ai essayé de t'appeler par ton cell afin de discuter des médias, etc., a écrit M. Couillard à M. Côté. Enfin, si tu as le goût d'en parler avec un ami et de "brainstormer" ne te gêne pas.» M. Côté le remercie d'avoir pris contact et de son «amitié» renouvelée. Un geste qui l'aide à traverser «des moments difficiles». Il promet de lui téléphoner. «Parfait, anytime, répond alors M. Couillard. Et si tu veux monter au lac relaxer, la porte est ouverte!»
En Chambre, le premier ministre a plaidé n'avoir jamais «fait mystère» de sa connaissance de M. Côté, banni du Parti libéral du Canada en 2005 après la commission Gomery. Mercredi, le cabinet du premier ministre a confirmé que M. Côté a assisté au mariage de M. Couillard le 20 août 2005. M. Couillard assure qu'il ne l'a plus fréquenté après son retour en politique active. 
«Je ne mets pas les gens à la poubelle, je ne les renie pas, je leur donne un droit de parole et je veux les écouter, a déclaré M. Couillard, mercredi. Je lui ai offert : "Viens me voir, on va en parler, comment tu vis ça? Il n'est pas venu. Je n'ai pas jugé bon de continuer la démarche.»
Les partis d'opposition ont reproché au premier ministre d'avoir minimisé ses liens avec l'ex-politicien devenu toxique. Le chef péquiste Jean-François Lisée l'accuse de mal choisir ses amis. «Arthur Porter, Hans Black, son bénévole William Bartlett, Marc-Yvan Côté, a énuméré M. Lisée. Ce qu'il doit au Québec, c'est la vérité. [...] Il a le choix de dire qu'il s'excuse de n'avoir pas fait état de ce rapport lorsque la question lui a été demandée.»
Un manque de jugement, dit Legault
La CAQ a demandé au premier ministre de justifier ses liens en 2012 avec le «déshonorant récidiviste» Côté. «Le premier ministre l'a invité à la maison, a lancé le chef François Legault. Est-ce qu'il ne peut pas au moins admettre qu'il a manqué de jugement?»
Fin mars, lorsque d'autres courriels de M. Côté donnaient à penser qu'il l'avait épaulé dans sa chefferie, M. Couillard, interrogé sur ses «rapports» avec l'ex-organisateur, n'a pas mentionné cette invitation à sa résidence au Lac-Saint-Jean. 
Pour le député solidaire Amir Khadir, M. Couillard est «un menteur». «Je le dis aussi brutalement parce qu'il faut arrêter d'être gêné, a décrié M. Khadir. Ces gens-là ont tellement nui au Québec. Ce n'est plus permis de penser que c'est juste du mauvais jugement. C'est un calculateur, Philippe Couillard.»
Le leader parlementaire libéral Jean-Marc Fournier a reproché le traitement médiatique de cette affaire par les médias de Québecor. «Cette information dans son traitement relève plus du discours politique partisan que de la nouvelle politique», a critiqué M. Fournier. 
Marc-Yvan Côté a été arrêté par l'UPAC en mars 2016 et il fait face à des accusations de complot, de corruption de fonctionnaires, de fraudes.