Ce sera l'un des premiers votes auquel Philippe Couillard prendra part en tant que chef de l'opposition officielle, lui qui a été élu député d'Outremont en décembre.

Couillard votera pour l'aide médicale à mourir

Le chef libéral Philippe Couillard votera finalement pour le projet de loi instaurant une aide médicale à mourir au Québec.
«J'ai pris la décision de voter en faveur», a annoncé, lundi, M. Couillard en réponse aux questions des journalistes.
Il se dit rassuré par les amendements apportés au projet de loi 52 au cours des dernières semaines. Il a obtenu les «précisions» qu'il souhaitait.
Les circonstances lors desquelles une personne se sachant condamnée pourra obtenir une aide médicale à mourir ont été mieux définies, selon lui.
«J'ai également beaucoup apprécié que le gouvernement introduise, dans son projet de loi, la possibilité d'une objection de conscience pour les professionnels de la santé», a commenté le chef libéral. Aucun médecin n'aura l'obligation d'administrer une aide médicale à mourir.
Ce projet de législation sera l'un des premiers à être soumis au vote de l'ensemble des parlementaires québécois pour adoption finale, à la reprise de la période des questions à la mi-février. Il est porté depuis le début par la ministre Véronique Hivon.
La décision du chef libéral était attendue. Ce sera l'un des premiers votes auxquels il prendra part en tant que chef de l'opposition officielle, lui qui a été élu député d'Outremont en décembre.
L'automne dernier, M. Couillard avait exprimé des réticences, mais n'avait pas participé au vote dit de «l'adoption de principe», intervenu en octobre. Il ne siégeait pas à l'Assemblée nationale à ce moment-là.
Vingt-cinq députés libéraux sur 48 avaient voté contre «l'adoption de principe» ce jour-là.
Plusieurs élus libéraux voteront à nouveau contre le projet de loi 52 sur les soins de fin de vie à la reprise des travaux au Salon bleu, mais la majorité des 125 élus du Parlement québécois accorderont leur appui à cette initiative.
Les personnes souffrant d'une maladie incurable pourront réclamer une aide médicale à mourir d'ici la fin de 2015 au plus tard, selon ce qui est prévu.