Le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Jean D'Amour

Couillard s'en remet au commissaire à l'éthique pour D'Amour

Le premier ministre Philippe Couillard s'en remet au jugement du commissaire à l'éthique pour savoir si son ministre Jean D'Amour pouvait embaucher une mairesse de sa région.
Mme Anita Ouellet Castonguay n'est pas seulement à la tête de la municipalité de Saint-Alexandre-de-Kamouraska. Elle travaille également à temps plein comme attachée politique du ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, a rapporté mardi le Journal de Montréal
Pressé de questions, le ministre a demandé au commissaire Jacques Saint-Laurent son avis sur la situation. Celui-ci lui aurait verbalement assuré que la situation n'est pas problématique. Le commissaire doit lui remettre une opinion écrite rapidement. 
«C'est à lui que revient cette décision», a déclaré mardi le premier ministre à propos du commissaire. 
De son côté, le ministre délégué D'Amour a rejeté toutes les occasions de répondre aux questions sur le sujet, mardi. 
Pas comparable à Martine Ouellet
Son collègue ministre Jean-Marc Fournier a renvoyé toutes les questions sur le sujet à M. D'Amour. Il a néanmoins soutenu qu'il n'y avait aucune comparaison possible avec le cumul de fonctions qu'il reproche à la nouvelle chef bloquiste et députée indépendante, Martine Ouellet. 
«Ce sont deux enjeux complètement différents qui ne peuvent pas être mis sur la même table», a dit M. Fournier.
Mme Ouellet Castonguay a assuré au Journal qu'elle ne discute jamais de ses dossiers municipaux avec le ministre D'Amour. Début mars, un communiqué qui annonçait près de 200 000 $ pour la municipalité citait la mairesse et le ministre régional, son patron. Élue en 2009, elle a été embauchée en 2012 par M. D'Amour, député de Rivière-du-Loup-Témiscouata.