L'usine Anacolor, à Cap-Rouge

Couillard s'engage à déménager Anacolor

Le premier ministre Philippe Couillard va s'assurer de déménager l'usine Anacolor, située à Cap-Rouge.
C'est du moins ce qu'il a soutenu dans une vidéo préparée pour les citoyens de Louis-Hébert qui doivent voter lundi pour remplacer l'ex-député Sam Hamad et présentée aux médias lors du bilan de campagne de la candidate libérale, Ihssane El Ghernati.
«Je dis aux gens de Cap-Rouge, je sais à quel point Anacolor est important, je sais à quel point ça vous incommode, cette entreprise-là va déménager. Je répète, elle va déménager, Ihssane va s'en assurer, je vais m'en assurer avec mes collègues du conseil des ministres», a affirmé le premier ministre dans la courte présentation où Mme El Ghernati est présente à ses côtés.
Cette dernière avait pris l'engagement lundi de relocaliser l'entreprise d'ici les élections générales de l'automne 2018. «Ma détermination à régler ce dossier est si grande que je suis prête à mettre en jeu ma prochaine élection à titre de députée de Louis-Hébert», avait-elle déclaré tout en refusant de s'engager sur les moyens qui pourraient lui permettre de parvenir à ses fins, qu'ils soient financiers ou légaux.
Malgré ce nouvel appui, ni Mme El Ghernati ni le ministre de la Capitale-Nationale, François Blais, n'avaient pas davantage d'éclaircissements à fournir à cet égard vendredi après-midi. «Il n'y a pas d'engagement financier pour le moment», a-t-il affirmé, précisant qu'il ne s'agissait pas uniquement d'un enjeu financier, mais également de confiance. Il a aussi fait valoir le changement d'attitude d'Anacolor dans le dossier.
Heurtel avait pris ses distances
Le lendemain de la promesse de la candidate libérale, le ministre de l'Environnement, David Heurtel s'était distancé de celle-ci. «Ce que je comprends de l'engagement de la candidate c'est [que c'est] relatif à un projet de déménagement qui est complètement différent de ce qu'on est en train de faire», avait-il soutenu, expliquant que son travail n'était pas de «déménager des entreprises qui ne respectent pas la Loi sur la qualité de l'Environnement». Il avait également écarté l'idée que le déménagement puisse être financé par le Fonds vert, un scénario soulevé par l'entreprise elle-même dans un document présenté aux candidats.
M. Blais avait de son côté assuré qu'Ihssane El Ghernati avait elle-même pris l'engagement parce qu'elle connaissait bien le milieu et qu'elle avait rencontré toutes les personnes impliquées. Il avait ajouté que le caucus de Québec était derrière elle.
Savait-elle lundi que Philippe Couillard allait l'appuyer? «J'avais des discussions avec le premier ministre, avec le caucus. Les communications avaient déjà été entamées», a répondu la principale intéressée.