La candidate dans Chauveau pour le PLQ, Véronyque Tremblay (au centre).

Couillard se montre très présent dans Chauveau

Le premier ministre Philippe Couillard se défend bien d'être plus présent dans la campagne électorale de Chauveau qu'il ne l'a été au cours d'autres élections partielles. N'empêche, jeudi, il quittait les assises annuelles de l'Union des municipalités du Québec, se tenant à Montréal, pour aller rencontrer des jeunes en difficulté... dans Chauveau.
«Je prends les moments qu'il faut pour venir ici. Je reviendrai au cours des prochains jours, et durant la dernière fin de semaine de campagne. [...] Je l'ai été [présent] dans toutes les élections partielles», soutient le premier ministre.
Il admet toutefois que la fréquence de ses sorties publiques en présence de sa candidate Véronyque Tremblay est révélatrice. «Ce n'est pas un hasard, parce que j'aime beaucoup la candidature qu'on a.»
Il dit d'ailleurs vouloir insister sur la «qualité de la candidate», qui réside dans la circonscription depuis plusieurs années. «Il faut encore plus faire savoir aux gens de Chauveau qu'ils ont devant eux quelqu'un qui est d'ici.»
Mme Tremblay fait face à la candidate caquiste Jocelyne Cazin, qui réside actuellement dans la région de Montréal, et au candidat péquiste Sébastien Couture.
À l'image de Deltell
«Oui, on vote toujours pour un parti ou un autre, mais je pense qu'au-dessus de tout ça, les gens ici, dans Chauveau, votent beaucoup pour la personne. Gérard [Deltell] était très aimé ici. Il aurait été soutenu encore pour des années et des années», avoue Philippe Couillard, à propos de l'ancien député caquiste. 
Il pense toutefois que Véronyque Tremblay aura la capacité de recréer cet «attachement» avec les gens de Chauveau. L'élection partielle aura lieu le 8 juin.
Le premier ministre s'est rendu jeudi du côté de Loretteville pour y rencontrer des jeunes du Piolet. Il s'agit d'un organisme qui offre une formation, un milieu de vie et une résidence à des jeunes en difficulté de 16 à 35 ans. Le restaurant Le Piolet permet notamment à ces jeunes adultes d'acquérir des compétences techniques dans le secteur de la restauration.
À ce propos, la candidate Véronyque Tremblay a rappelé que 200 000 jeunes Québécois de 15 à 29 ans ne sont actuellement ni aux études ni à l'emploi.