«On ne transpose pas à l'étranger nos désaccords internes», a déploré Philippe Couillard, jeudi matin.

Couillard ne digère pas que l'opposition le critique à Paris

Philippe Couillard ne digère pas du tout que les représentants des partis formant l'opposition s'amènent à Paris pour la conférence sur le climat en critiquant son gouvernement.
À son arrivée à l'Assemblée nationale, le premier ministre a tenu à mentionner qu'il est «très content» que le chef péquiste Pierre Karl Péladeau, son homologue caquiste François Legault de même que la députée solidaire Manon Massé se rendent à la grand-messe internationale sur les changements climatiques.
«Mais quand on y est, on parle tous au nom du Québec, a fait valoir avec force M. Couillard. On ne transpose pas à l'étranger nos désaccords internes.»
Mercredi, à deux jours de s'envoler pour la capitale française, ces trois adversaires politiques ont reproché au gouvernement son programme pour la réduction des gaz à effet de serre.
M. Péladeau a affirmé que le plan du Québec est tout simplement «inexistant». François Legault a soutenu qu'il n'est pas «assez ambitieux» pour atteindre les objectifs pour abaisser les rejets de GES. Pour la solidaire Manon Massé, M. Couillard «s'en va à Paris avec un bilan honteux en poche».
Pour le premier ministre, les critiques partisanes doivent s'exprimer «ici, à l'Assemblée nationale. D'autant plus que, dans les deux cas [pour le Parti québécois et la Coalition avenir Québec], c'est assez paradoxal qu'on veuille se prononcer là-dessus».
«Mais, moi, je promets de ne pas faire état des gestes posés par le PQ alors qu'il avait l'occasion de les poser», a enchaîné Philippe Couillard, sans préciser la nature des gestes, «et de l'intérêt soudainement trouvé de M. Legault pour les changements climatiques».
«Je vais présenter [les élus québécois se rendant à Paris] comme faisant partie de la délégation du Québec, a ajouté M. Couillard. Un Québec qui a reçu un prix, hier [mercredi], à Paris, sur ses actions posées  dans le domaine de la lutte aux changements climatiques.»
M. Couillard a fait part de ses attentes de la part de l'opposition. «Je m'attends à un ton rassembleur, à un ton constructif.»
La reconnaissance internationale à laquelle il a fait allusion a été attribuée conjointement au Québec et à l'Ontario pour leurs efforts à mettre au point les mécanismes de la Bourse du carbone. Québec a le premier mis de l'avant «la tarification du carbone comme outil efficace de lutte contre les changements climatiques».