Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard.

Couillard en remet sur les vacances supplémentaires

Le patronat s'est engagé à réfléchir avec le gouvernement du Québec à l'idée d'offrir davantage de vacances aux travailleurs, assure Philippe Couillard.
Le premier ministre en a rajouté, samedi, sur la possibilité de bonifier le régime de vacances des Québécois soumis à la Loi sur les normes du travail.
«L'autre jour, j'ai rencontré les associations patronales. Évidemment, elles ne sautaient pas de joie, je ne vous conterai pas d'histoire», a lancé M. Couillard aux quelque 500 délégués réunis en conseil général spécial.
Mais les arguments sur la productivité des employés et la rétention de la main-d'oeuvre dans un contexte de pénurie semblent avoir fait leur chemin. «Cependant, ils m'ont dit: "On veut travailler ça avec vous autres"», a dit M. Couillard. Il existe une préoccupation envers l'avantage compétitif des entreprises québécoises, a noté le premier ministre.
«Je pense qu'on devrait arriver avec quelque chose de très intéressant», a prédit M. Couillard.
Constitution
Par ailleurs, plus tôt en journée, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a qualifié de «malheureux» l'accueil glacial réservé par Justin Trudeau à l'invitation de discuter de la place du Québec dans le Canada.
M. Barrette croit que les Québécois souhaitent régler cette question. «Sur le plan du sentiment d'appartenance des citoyens, particulièrement des citoyens francophones et québécois, bien sûr qu'on se sent exilés à l'intérieur du Canada parce qu'on n'en fait pas partie [de la constitution]», a déclaré M. Barrette.
D'autre part, le président du Conseil du trésor, Pierre Moreau, s'est moqué de la demande de la Coalition avenir Québec de «bannir» l'ex-organisateur libéral controversé Marc-Yvan Côté du PLQ. «Il n'est même pas membre», a raillé M. Moreau.
Il confesse avoir hâte de passer à autre chose. «Oui, je suis tanné pas mal», a indiqué M. Moreau, qui juge que les médias ramènent constamment une vieille nouvelle à l'avant-plan.
***
Les ingénieurs de l'État s'invitent au congrès
Le conseil général du Parti libéral du Québec s'est ouvert, samedi matin, à Trois-Rivières sur fond de tensions avec les ingénieurs du gouvernement. Ceux-ci ont bruyamment accueilli les membres du PLQ à l'entrée de l'hôtel Delta, à l'aide de klaxons et de vuvuzelas. Les 1400 ingénieurs de l'État sont en grève depuis le 24 mai. Selon des données du ministère des Transports obtenues par Radio-Canada, la grève paralyserait actuellement plus de 250 chantiers à travers la province. M. Moreau parle plutôt de 50 chantiers «sous surveillance». De son côté, l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ) dit ne pas recenser tous les chantiers arrêtés, mais que le nombre total dépasse les 50 avancés par M. Moreau qui semble très peu, a indiqué son président, Marc-André Martin. Ces chantiers requièrent la présence des ingénieurs pour diverses raisons, dont la surveillance et l'inspection. Une rencontre de négociation a eu lieu mercredi entre les représentants syndicaux et le Conseil du Trésor.  La Presse canadienne