Advenant un débrayage, plusieurs chantiers pourraient être perturbés.

Couillard confiant de s'entendre avec les ingénieurs avant une grève

Le premier ministre Philippe Couillard «tient pour acquis» qu'il y aura une entente négociée avec les 1400 ingénieurs de l'État, qui menaçent de déclencher une grève générale illimitée le 10 mai.
Le président de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement, Marc-André Martin, a brandi cette menace cette semaine, précisant que le syndicat négocie avec le gouvernement depuis 2014 et que la convention collective est échue depuis mars 2015. Les ingénieurs réclament des augmentations salariales de 20 pour cent.
De passage en Abitibi, vendredi, le premier ministre a estimé que les travailleurs ont le droit légitime de faire des moyens de pression, y compris la grève. Mais Philippe Couillard a manifesté le désir de conclure une entente négociée le plus rapidement possible. Il considère «très important que les ingénieurs soient bien traités dans l'appareil de l'État».
Le salaire moyen d'un ingénieur de l'État est de 74 000 $ par année et il plafonne à 82 000 $ annuellement, selon M. Martin.
Advenant un débrayage, plusieurs chantiers pourraient être perturbés.
Les deux parties doivent tenir une nouvelle séance de négociations le 5 mai.