Hillary Clinton lors d'un événement au cours duquel elle a reçu l'appui des groupes de planification familiale.

Clinton reçoit l'appui d'un regroupement de planification familiale

Le regroupement de planification familiale Planned Parenthood a donné son appui à la candidate Hillary Clinton dans la course à la Maison-Blanche, mais il a assuré qu'il ne ferait pas de campagne négative contre ses opposants à l'investiture du Parti démocrate.
C'est la première fois que le groupe se range derrière un candidat à la présidence. Cet appui est le bienvenu pour Mme Clinton, qui se fait chauffer par son opposant principal, le sénateur du Vermont Bernie Sanders dans les États de l'Iowa et du New Hampshire, où se tiendront les premières élections primaires. Le troisième candidat et ancien gouverneur du Maryland, Martin O'Malley, est à la traîne dans les sondages.
La présidente de Planned Parenthood Cecile Richards, a expliqué la décision de l'organisation par le bilan de Mme Clinton et son «appui extraordinaire» à leur cause.
Elle a toutefois tenu à souligner que cet appui ne devait pas «influencer négativement» MM. Sanders et O'Malley.
Les cliniques Planned Parenthood offrent plusieurs services, dont des avortements et des soins de santé reproductive. Elles se sont invitées dans la campagne présidentielle de 2016, alors que plusieurs candidats républicains s'opposent à prolonger le financement du gouvernement fédéral à l'organisation.
Mme Richards a indiqué que le groupe avait annoncé son appui assez tôt pour déjà rappeler aux électeurs les positions «extrémistes» des candidats républicains sur la santé féminine et le droit à l'avortement. Planned Parenthood prévoit dépenser au moins 20 millions $ US pendant la campagne.
En revanche, selon Mme Richards, Hillary Clinton s'est longtemps battue pour les droits des femmes, ainsi que pour l'accès à la contraception et à des avortements sécuritaires.
Les critiques des républicains à l'endroit du regroupement se sont multipliées depuis que des militants anti-avortement ont publié une vidéo obscure qui montrait un représentant du groupe qui discutait du prix des organes de foetus. Les vidéos ne prouvaient pas que le groupe profitait illégalement de la vente de ces organes contrairement à ce que certains ont avancé.