En entrevue à La Presse Canadienne, le député Tanguay a dit n'avoir aucun malaise à ce qu'un élu ou un candidat libéral porte un signe religieux visible comme le hidjab, la kippa, le turban sikh ou la croix chrétienne.

Charte des valeurs: le PLQ met en doute la fiabilité de la CAQ

À quelques jours des consultations sur la charte des valeurs, le libéral Marc Tanguay craint que la Coalition avenir Québec (CAQ) brade les droits et libertés des Québécois pour assurer sa survie politique.
Le critique libéral en matière de laïcité ressort l'étiquette de la «non-fiabilité» du chef caquiste que son parti a cherché à lui accoler lors de la dernière campagne électorale.
«Nous avons de sérieux doutes quant à la capacité de François Legault de diriger autre chose qu'une simple succursale du Parti québécois, a affirmé M. Tanguay au Soleil, mardi. Il est prêt à transiger sur les droits et libertés de groupes de notre société : "Donne-moi les directeurs d'écoles, je te donnerai les enseignants." François Legault n'est pas fiable.»
L'épisode de l'adoption de la nouvelle Loi sur les mines, à la fin de la dernière session, alors que la CAQ s'est associée au gouvernement pour accélérer le vote, a montré la vraie nature de M. Legault, croit le député Tanguay. «S'il avait voulu faire une opposition sérieuse, ça ne se serait pas passé comme ça», dit-il.
Les audiences mardi
Les audiences qui s'ouvriront mardi seront l'occasion de démontrer une nouvelle fois que des éléments font consensus dans le projet de charte péquiste, estime le libéral : la neutralité de l'État, les balises aux accommodements et les services à visage découvert. Mais l'interdiction du port de signes religieux demeure «extrêmement contestée», constate-t-il.
«Les Québécois ne veulent pas qu'une femme perde son emploi à cause d'un voile, soutient M. Tanguay. Ce n'est pas Québécois comme projet de loi.»
Les travaux du comité du Parti libéral du Québec coprésidés par ses collègues Gilles Ouimet et Fatima Houda-Pepin ont fait «beaucoup de progrès», assure M. Tanguay. Les conclusions doivent être déposées «incessamment». Le comité doit trouver une façon de s'attaquer aux extrémistes et radicaux religieux en sol québécois, et analyser la possibilité d'interdire les signes ostentatoires aux fonctionnaires en poste d'autorité comme les juges, les policiers, les gardiens de prison.
Le projet de charte des valeurs a créé des remous jusque dans le caucus libéral, la session dernière.