Le premier ministre Philippe Couillard justifie le caucus extraordinaire en pleine session parlementaire en disant que les députés ont peu de temps pendant les réunions pour avoir de «bonnes discussions politiques».

Caucus libéral extraordinaire: pas de discorde, dit Couillard

Un caucus extraordinaire du Parti libéral du Québec se tiendra lundi au parc de la Chute-Montmorency, à Québec.
Le premier ministre Philippe Couillard a justifié la tenue de ce caucus par le fait que les députés ont peu de temps dans les réunions quotidiennes pour avoir de «bonnes discussions politiques».
Il rejette les allégations de la Coalition avenir Québec selon lesquelles ce caucus serait une occasion de «laver son linge sale en famille et d'apaiser l'aile parlementaire» où règnerait la discorde.
M. Couillard explique que ses députés sentent le besoin d'avoir ce genre de rencontre de façon régulière, «où tout le monde peut s'exprimer».
Dossiers chauds
Selon la CAQ, le dossier d'Uber, le projet de loi sur le registre des armes à feu, le virage vert du premier ministre concernant les hydrocarbures à l'île d'Anticosti, ainsi que la gestion de la crise au ministère des Transports sont autant de sujets qui ont provoqué de la dissension.
Le chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, a lui aussi souligné la singularité de ce caucus spécial «tenu en pleine session [parlementaire]».
«C'est quand même un caucus qui a été convoqué dans la précipitation, à huis clos [...] Ce n'est pas un caucus qui est poussé par un excès de bonne humeur», a-t-il illustré, lors d'une mêlée de presse à l'occasion d'une rencontre entre les députés et les militants péquistes réunis dimanche à Drummondville.
«Le chef du Parti libéral et premier ministre ne fait pas totalement l'unanimité autour de lui», a-t-il ajouté, citant en exemple les récentes perturbations au ministère des Transports.