Cannabis: le PQ plus souple que la CAQ

Un encadrement plus souple que celui de la Coalition avenir Québec, mais plus «solide» et réaliste, plaide le chef péquiste Jean-François Lisée. S'il n'en tient qu'au Parti québécois, le cannabis pourra être acheté dès l'âge de 18 ans au Québec, et non pas seulement à partir de 21 comme le souhaite le parti de François Legault.
Alors que la ministre Lucie Charlebois conserve le mutisme sur les intentions de son gouvernement, le Parti québécois a présenté, mardi, son plan sur l'encadrement de la marijuana. La CAQ l'avait fait la semaine dernière. Celle-ci préconise, selon ses propres mots, la «ligne dure» en la matière.
Pourquoi dès 18 ans pour le PQ? Parce qu'on le veuille ou non, les individus n'attendent pas nécessairement d'avoir 21 ans pour consommer du cannabis, a fait valoir M. Lisée. Si la barre est fixée à 21 ans, ils s'approvisionneront chez les Hell's, a-t-il dit. Au nom de la santé publique, il faut donc placer la barre à 18 ans, selon lui.
Il faut «encadrer de façon serrée sans avoir de fausses solutions», a affirmé le chef péquiste en épinglant la CAQ.
Filiale de la SAQ
Accompagné des députés Sylvain Pagé et André Villeneuve, Jean-François Lisée a précisé que la vente de cannabis doit être confiée à une filiale de la Société des alcools du Québec, une filiale à créer. Un modèle qui est aussi celui de la CAQ.
Contrairement à elle, toutefois, le Parti québécois permettrait que les gens puissent cultiver deux plants de marijuana chez eux. Le projet de loi d'Ottawa prévoit une possibilité de quatre. La CAQ refuse toute autoproduction.
Les propriétaires d'immeubles à logements pourraient interdire à leurs locataires d'en consommer et d'en cultiver.
Selon le PQ, le gouvernement fédéral devrait reverser au Québec la somme équivalente qu'il collectera à travers la TPS grâce à la vente de marijuana. Cet argent devrait servir exclusivement à des mesures de prévention et de santé publique.
Une partie des éventuels revenus provenant de la vente de cannabis devrait être reversée aux municipalités. Une idée que les maires apprécieront.
Vente en ligne
La vente en ligne serait autorisée, mais seulement auprès de cette éventuelle filiale de la SAQ. La CAQ veut interdire toute vente en ligne.
Pour ce qui est de la production à grande échelle, le Parti québécois dit vouloir favoriser les entreprises québécoises installées dans les différentes régions du Québec.