Candidate du PLQ dans Montmorency: peu de gens ont parlé du troisième lien à Marie France Trudel

Lors de la dernière campagne municipale, Marie France Trudel, désormais candidate du Parti libéral du Québec dans la circonscription de Montmorency, a entendu très peu de citoyens réclamer un troisième lien entre la capitale et Lévis. Elle dit toutefois très bien s’accommoder de l’engagement du gouvernement Couillard à cet égard.

«En campagne électorale municipale, très peu de gens ont parlé du troisième lien. Je pense que les médias en parlent beaucoup, mais les citoyens dans leur quotidien ne m’en ont pas parlé tant que ça», a déclaré Mme Trudel aux côtés de M. Couillard lundi après-midi.

«M. le premier ministre s’est avancé un peu sur le fait qu’il pourrait être à l’est; donc, moi, ça me convient très bien», a poursuivi Mme Trudel en répondant aux questions des journalistes et en assurant que «ça nous prend un troisième lien à Québec».

Cette ex-conseillère municipale de l’équipe du maire de Québec, Régis Labeaume, a confirmé lundi qu’elle portera les couleurs du PLQ dans la circonscription de Montmorency lors des prochaines élections. Marie France Trudel veut succéder au député Raymond Bernier, qui ne se représentera pas au prochain scrutin.

Battue par Piuze

Mme Trudel représentait le district de Sainte-Thérèse-de-Lisieux dans l’équipe Labeaume, équipe qui a combattu le projet d’un troisième lien avant le dernier scrutin municipal. Elle a été battue par la candidate de Québec 21 et colistière du chef Jean-François Gosselin, Nancy Piuze. Elle avait été élue à trois reprises au conseil municipal de Québec avant sa défaite de novembre.

La circonscription de Montmorency est passée d’un parti à l’autre depuis une génération. M. Bernier y a été élu en 2003, en 2008 et en 2014.

En 2007, c’est cependant l’Action démocratique du Québec qui l’a représentée, alors qu’en 2012, c’est la Coalition avenir Québec qui a emporté ce siège. De 1998 à 2003, rappelons-le, Montmorency a été représentée par le péquiste Jean-François Simard, qui a fait savoir récemment qu’il aimerait courir pour le parti de François Legault dans cette même circonscription lors du prochain scrutin.

Le Parti québécois n’a pas encore de représentant dans Montmorency.

+

LE PM DANS LOUIS-HÉBERT MERCREDI

Mercredi matin, Philippe Couillard devrait être dans la circonscription de Louis-Hébert pour présenter Julie-Maude Perron, qui portera les couleurs de son parti aux élections. Mme Perron est avocate à l’Autorité des marchés financiers.

Plusieurs se demandaient si le Parti libéral du Québec (PLQ) parviendrait à recruter une vedette déjà établie pour le représenter dans cette circonscription. Louis-Hébert a été une forteresse libérale jusqu’à ce que la caquiste Geneviève Guilbault la fasse tomber lors de la partielle d’octobre dernier — au terme d’une campagne rocambolesque.

Le Soleil a récemment donné écho à une analyse qui avait cours sur la Colline parlementaire, voulant que si le PLQ ne parvenait pas à présenter une grosse pointure dans Louis-Hébert, c’est qu’il n’aurait trouvé personne pour croire qu’il peut réellement être «en mode reconquête»; c’est qu’il serait sur la défensive, et ce, même dans une circonscription qui lui appartenait il y a peu de temps encore.

Lors de la partielle d’octobre, le Parti libéral du Québec avait connu des difficultés à intéresser une recrue de prestige pour Louis-Hébert.

Ce sera donc une jeune femme qui affrontera Geneviève Guilbault, qui n’était pas une vedette non plus à son arrivée en politique, même si elle avait été directrice des communications et porte-parole du Bureau du coroner — et même si elle n’avait pas été le premier choix de la CAQ pour cette circonscription.