L'ancien chef péquiste André Boisclair a accepté, mardi, de prendre la tête de COMEX, un comité d'examen doté d'un mandat semblable à celui du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement.

Bureau fantôme de Boisclair: Marois lève le mystère

Tous les proches collaborateurs du nouveau président du COMEX, André Boisclair, connaissent maintenant l'adresse du bureau que le gouvernement a mis à sa disposition à Montréal.
Pauline Marois a révélé, mercredi, que l'ancien délégué général du Québec à New York a un bureau dans les locaux de RECYC-QUÉBEC dans la métropole.
Le siège social du COMEX est situé à Québec, dans l'édifice Marie-Guyart. Des personnes y travaillant ont affirmé ces derniers jours au Soleil que le petit organisme public ne possédait aucun bureau à Montréal. Même affirmation chez des partenaires de l'organisme, qui ne savaient pas où il se trouvait.
Personne au gouvernement n'est en mesure de dire pourquoi dans le décret ayant annoncé, au début de décembre, la nomination de l'ancien délégué général du Québec à New York, il est écrit que ce dernier exercera ses fonctions «au bureau du Comité à Montréal».
C'était suggérer qu'il en existait un à ce moment-là, alors que sur cet aspect précis, tous reconnaissent que ce n'était pas le cas; qu'on a voulu accommoder M. Boisclair en l'autorisant à demeurer à Montréal.
Le COMEX est un comité d'examen environnemental qui exerce sa responsabilité sur le territoire de la Baie-James. Il est chargé de conseiller le ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs.
Échange par courriel
Mercredi, la chef du Parti québécois a laissé entendre que Le Soleil n'a «pas posé la question» portant sur l'adresse montréalaise du COMEX avant d'écrire sur le sujet, «ou, du moins, qu'on n'a pas eu la possibilité de donner cette information».
C'est en vain que Le Soleil a tenté d'obtenir la fameuse adresse du bureau montréalais de l'organisme public, tant par des canaux officieux qu'officiels. Voici la transcription du dernier échange courriel que nous avons eu, mardi, avec les responsables du ministère de l'Environnement, chez qui le COMEX avait fini par nous renvoyer :
«Bonjour, M. Salvet. Voici les réponses à vos questions :
Q1 : J'aimerais avoir une entrevue avec M. André Boisclair au sujet du COMEX.
Réponse : Nous avons transmis votre demande à M. Boisclair, mais M. Boisclair n'accorde pas d'entrevue en tant que président du COMEX. Cela ne fait pas partie de ses fonctions.
Q2 : Quelle est l'adresse du bureau du COMEX à Montréal?
Réponse : L'adresse officielle du COMEX est celle du Secrétariat du COMEX à la Direction générale des évaluations environnementales, au 6e étage du Complexe Marie-Guyart à Québec. C'est cette adresse qui doit être utilisée.
Q3 : Avez-vous transmis ma demande d'entrevue à M. André Boisclair?
Réponse : Tel que mentionné à la question 1, oui, mais M. Boisclair n'accorde pas d'entrevue en tant que président du COMEX.»
«Un lieu de travail»
Mercredi, le ministère de l'Environnement a réitéré que M. Boisclair n'accordera aucune entrevue. Il a toutefois, à la suite de Mme Marois, et pour la première fois, laissé filtrer une autre adresse.
«L'adresse du secrétariat du COMEX se trouve dans les bureaux du ministère à Québec, réindique-t-il d'abord. Cependant, un bureau du Comité, situé au 201, avenue Président-Kennedy, a été établi à Montréal, ajoute-t-il. Il s'agit d'un lieu de travail pour M. Boisclair.»
Si des «partenaires» du COMEX ignoraient jusqu'à présent l'existence de ce bureau, c'est justement parce qu'«il est avant tout un lieu de travail pour M. Boisclair», précise encore le ministère.
L'opposition en profite
«J'aimerais savoir quelle est sa tâche, à M. Boisclair, quelle est son affectation, quels sont ses objectifs professionnels», a déclaré, mercredi, le chef libéral, Philippe Couillard.
«Tout ce qu'on sait, c'est que les contribuables québécois payent 175 000 $ par année pour André Boisclair», a dénoncé le caquiste François Legault. 
Avec Simon Boivin, Michel Corbeil et Valérie Gaudreau