Si Pauline Marois dépose son budget dès la reprise des travaux, le 11 mars, avec un appel aux urnes dès le lendemain, elle ne laissera que six périodes des questions à Philippe Couillard pour se faire valoir en Chambre.

Blitz préélectoral du PQ: les partis d'opposition s'indignent

«Électoralisme de bas étage», «bonbons préélectoraux», «achat de votes»... Les partis d'opposition rivalisent d'expressions et de qualificatifs pour dénoncer le blitz d'investissements et d'annonces auquel s'adonne le gouvernement Marois ces jours-ci.
«Quelle est la différence entre des entrepreneurs qui cherchent à corrompre et un gouvernement qui essaie d'acheter des votes en lançant une orgie de projets, dont plusieurs fort discutables?», lancent les députés caquistes Sylvie Roy, Sébastien Schneeberger et Donald Martel.
«La situation économique du Québec est préoccupante. Malgré cela, la première ministre dépense des milliers de dollars en voyageant en hélicoptère pour distribuer ses cadeaux, ses bonbons préélectoraux», accuse la libérale Nicole Ménard.
Pauline Marois «se comporte comme Duplessis», ajoute Mme Ménard pour mieux appuyer sur son message.
Le gouvernement Marois travaille depuis quelque temps à s'ouvrir une fenêtre électorale. Il ne s'en cache pas. Il corrige cependant ses adversaires politiques en faisant valoir que ses annonces visent avant tout à créer des emplois au Québec.
«Tel le corbeau de La Fontaine, la région du Centre-du-Québec doit demeurer sur ses gardes», reprend le caquiste Donald Martel. «Elle ne peut pas se laisser chanter la pomme par un renard n'ayant aucun scrupule à utiliser la carte de crédit de nos enfants pour distribuer à qui mieux mieux des cadeaux à saveur on ne peut plus électoraliste.»
Le solidaire Amir Khadir n'est pas en reste. Il parle «d'insulte à l'intelligence» des Québécois. «Les 85 annonces d'investissements [en Mauricie et dans le Centre-du-Québec] poussent le cynisme à un niveau rarement vu en politique québécoise», affirme-t-il.
La coupe déborde, poursuit le député de Mercier. «L'investissement dans la cimenterie de Port-Daniel montrait déjà jusqu'où le Parti québécois est prêt à aller dans le seul but de gagner un comté, quitte à déshabiller Pierre pour habiller Paul et à faire perdre des centaines d'emplois ailleurs au Québec.»
La «tournée exceptionnelle» menée en marge du caucus de l'aile parlementaire du Parti québécois, qui se déroule à Shawinigan, confine à de «l'électoralisme de bas étage», d'après lui.