Geneviève Guilbault accompagnait François Legault dans le chic hall d’entrée de l’édifice Honoré-Mercier, qui loge les bureaux du premier ministre, vendredi.
Geneviève Guilbault accompagnait François Legault dans le chic hall d’entrée de l’édifice Honoré-Mercier, qui loge les bureaux du premier ministre, vendredi.

Bilan de session : «Attachez vos ceintures, on va continuer !» dit Legault [VIDÉO]

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Non seulement le gouvernement québécois poursuivra dans la même direction en 2020, mais François Legault compte appuyer sur l’accélérateur. «Attachez vos ceintures, on va continuer !» a lancé le premier ministre, vendredi, lors de son bilan de session.

Avertissement à ceux pour qui la Coalition Avenir Québec (CAQ) pèche par excès d’impatience dans ses actions. Comme les partis d’opposition, qui réclament plus de consultation.

Critique que le leader parlementaire du gouvernement et super-ministre Simon Jolin-­Barrette prend en partie sur son dos, sachant fort bien que sa réforme ratée du Programme de l’expérience québécoise (PEQ), en immigration, aura été le faux pas majeur du gouvernement cet automne.

«J’ai appris l’importance de bien consulter!» a répondu M. Jolin-­Barrette, avec le sourire, questionné sur ce que 2019 lui a enseigné.

M. Jolin-Barrette et la vice-­première ministre, Geneviève Guilbault, accompagnaient leur patron dans le chic hall d’entrée de l’édifice Honoré-Mercier, qui loge les bureaux du premier ministre.

Pour bien clore cette première année civile complète au pouvoir, M. Legault a répété vouloir «respecter toutes nos promesses». Donc pour connaître la suite du programme, retournez voir la plateforme électorale de 2018.

Plus facile que prévu

«Je m’attendais à ce que la première année soit plus difficile», a reconnu M. Legault. «Je me disais : je n’ai jamais été premier ministre; à part Marguerite Blais, je n’ai aucun ministre qui a déjà été ministre; on a recruté nos employés un peu au PQ, un peu au Parti libéral, un peu des gens qui n’avaient jamais fait de politique.

«Donc, je craignais la première année. Je me disais que ça nous prendrait sûrement une année d’ajustement. Mais là, ça va tellement bien que je me dis que peut-être que le plus difficile est passé! On va être meilleurs que la première année!»

Le mot «efficacité» est revenu dans les réponses du premier ministre, qui a confié que même sa mère est efficace.

Un autre indice de la volonté gouvernementale de suivre l’avenue empruntée depuis 14 mois, et de manière accélérée si possible, est venue de la vice-première ministre Geneviève Guilbault. Qui n’aura par contre d’autre choix que de s’arrêter dans les prochaines semaines pour donner naissance à son deuxième enfant.

«On a tous été confrontés au fait que, malheureusement, la façon dont le système est fait, on ne peut pas toujours aller aussi vite qu’on le souhaiterait. Même si les intentions sont là et partagées par une majorité de Québécois», a constaté Mme Guilbault.

«C’est un apprentissage qu’on partage tous de devoir s’astreindre à cette patience parlementaire et gouvernementale pour être capables de livrer intelligemment ce à quoi les Québécois s’attendent. Mais l’expérience avançant et le mandat avançant, on va juste être de meilleur en meilleur pour livrer ce qu’on a à livrer», promet-elle.

Le bulletin Jean-Talon

Sur la réforme de l’immigration, le chef persiste. «On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Quand on fait de grands changements comme ça, ça peut arriver qu’on ait besoin de faire des ajustements. Mais la dernière chose qu’on doit faire, c’est de protéger le statu quo et de ne rien faire», affirme M. Legault.

«Ça peut arriver qu’on aille parfois de façon un peu rapide et on corrige quand on ne s’en va pas tout à fait là où on voulait aller. Les Québécois apprécient cette façon de faire et sont fiers de leur gouvernement. Notre objectif est de continuer dans cette direction et d’en faire encore plus, en 2020», poursuit le PM, sur l’orientation générale pour la prochaine année.

Le premier ministre estime avoir obtenu son bulletin lors de la récente élection partielle dans Jean-Talon, à Québec, où la CAQ l’a emporté haut la main avec 43 % des voix. Joëlle Boutin est ainsi devenue la 76e députée caquiste sur 125.

La session d’automne, qui a duré 11 semaines, a permis le dépôt de 19 projets de loi et l’adoption de 14 avec celui de samedi. En comparaison, en 15 semaines d’activité parlementaire au printemps dernier, la CAQ avait déposé 30 projets et en avait fait adopter 15.

Les travaux parlementaires pour 2019 se concluent samedi avec un troisième projet de loi adopté sous le bâillon en six mois, cette fois celui sur les tarifs d’Hydro-­Québec. Le premier ministre Legault prendra ensuite la direction de la Californie, où il sera en mission quelques jours.

+