L'ancien ministre Claude Castonguay.

Affaire Bolduc: Barrette «est un grossier personnage», réplique Castonguay

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, est un «grossier personnage» avec qui il n'est pas possible d'avoir une discussion civilisée, réplique Claude Castonguay, ex-ministre libéral qui réclame la démission du ministre Yves Bolduc.
Les déclarations de M. Barrette à l'effet qu'il devrait «prendre sa retraite» et qu'il a fait preuve de «malhonnêteté intellectuelle pure» dans l'affaire Bolduc ont clairement déplu au père de l'assurance-maladie du Québec.
«Je ne veux pas m'engager dans une discussion avec le Dr Barrette, a dit M. Castonguay au Soleil, mercredi après-midi. Tout ce que j'ai à dire, c'est que c'est un grossier personnage avec qui ce n'est pas possible d'avoir une conversation ou d'engager un dialogue civil. C'est tout ce que j'ai à dire.»
Le ministre de la Santé a dénoncé un parallèle qu'aurait fait M. Castonguay à une émission de radio entre les agissements de M. Bolduc et les révélations de la commission Charbonneau. M. Castonguay n'a pas voulu avancer sur ce terrain. «Tout ce que je vous dis est que je ne veux pas engager de discussion avec lui, c'est un grossier personnage», s'est-il limité à répéter.
La lettre de M. Castonguay envoyée au premier ministre Philippe Couillard et qui réclame la démission du ministre Bolduc est «de la foutaise», d'après M. Barrette. «S'il n'est pas capable de prendre sa retraite Claude Castonguay, quelqu'un devrait peut-être lui dire de la prendre», a lancé le ministre Barrette cet avant-midi.
À Couillard d'intervenir
Le chef intérimaire du Parti québécois (PQ), Stéphane Bédard, estime qu'il est plus que temps que Philippe Couillard intervienne dans le débat. Le PQ exige le remboursement entier de la prime de 215 000 $ touchée par M. Bolduc pour la prise en charge de 1500 patients lors de son passage dans l'opposition.
«C'est un dossier qui s'étend depuis trop longtemps, a indiqué M. Bédard. M. Bolduc a un devoir d'exemplarité. Il va falloir que le premier ministre nous dise quelles sont ses règles.»
À la Coalition avenir Québec, le député Éric Caire estime que le ministre Barrette fait preuve de mépris envers M. Castonguay et qu'on voit des signes de «panique» au gouvernement libéral.