«S'il y a des migrants qui traversent la frontière et qui souhaitent s'établir à Québec, je pense définitivement qu'on peut les accueillir», signale le député fédéral de Louis-Hébert, Joël Lightbound.

Accueil de migrants: la capitale peut contribuer, dit Lightbound

Alors que les demandeurs d'asile affluent au poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle, le député fédéral de Louis-Hébert, Joël Lightbound, estime que la capitale pourrait également devenir une terre d'accueil.
Au cours des derniers jours, plusieurs mesures ont été mises en place à Montréal pour répondre à l'augmentation de la demande de migrants souhaitant quitter le pays de Donald Trump pour s'établir en sol canadien. Le Stade olympique et l'hôpital Royal Victoria sont entre autres devenus la résidence de demandeurs d'asile. Des militaires de la base de Valcartier ont aussi été déployés près des douanes pour mettre sur pied un camp temporaire destiné à l'hébergement.
Pour l'heure, cette situation ne touche que le poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle. Cette semaine, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal avait confié qu'il concentrait ses recherches d'hébergement principalement dans le secteur de Montréal, afin d'éviter d'avoir recours à des navettes pour le transport.
Pour M. Lightbound, la Ville de Québec peut également contribuer dans «cette situation exceptionnelle». 
«Ce n'est pas nouveau que des personnes traversent la frontière. Je crois que le gouvernement du Canada et le gouvernement provincial ainsi que différents acteurs de la société civile comme la Croix-Rouge mettent l'épaule à la roue pour s'assurer que les demandes d'asile soient traitées rapidement et que les gens aient un niveau de confort décent à travers cette période difficile», a indiqué le député vendredi lors d'un point de presse chez l'entreprise Icentia. 
«Je pense qu'à Québec, nous avons de la place. Nous avons un taux de chômage qui est historiquement bas. Nous avons besoin de main-d'oeuvre. Je pense que oui, nous pourrions accueillir des migrants ici», poursuit-il.
Précédents
Par le passé, notamment lors de la vague de réfugiés syriens à travers la province, la ville et certains organismes comme le Centre multiethnique de Québec (CMQ) avaient ouvert leurs portes. 
«Je pense qu'en ce moment, il y a une situation à la frontière qui doit être gérée. [...] Maintenant, s'il y a des migrants qui traversent la frontière et qui souhaitent s'établir à Québec, je pense définitivement qu'on peut les accueillir», réitère M. Lightbound, précisant toutefois qu'ils doivent répondre aux critères de Citoyenneté et Immigration Canada.