À 24 mois des prochaines élections générales, le gouvernement libéral mené par Philippe Couillard crée un comité consultatif sur l'économie dirigé par Monique F. Leroux.

À deux ans des élections, Québec crée un comité sur l'économie

À l'opposition officielle désormais emmenée par Jean-François Lisée, Philippe Couillard cherche à opposer un gouvernement mobilisé autour de la «prospérité économique».
Plus de deux ans après avoir pris le pouvoir et à 24 mois des prochaines élections générales, le gouvernement libéral crée un comité consultatif sur l'économie dirigé par Monique F. Leroux. Une vingtaine de personnalités associées au monde des affaires y participeront.
Le gouvernement du Québec attend des conseils de leur part.
En conférence de presse, mercredi, Philippe Couillard a expliqué vouloir, avec ce comité, franchir une nouvelle étape et mobiliser le milieu économique autour de «la prospérité du Québec».
Officiellement, le Conseil consultatif sur l'économie et l'innovation - son vrai nom - aura le mandat «d'élaborer et de recommander des initiatives pour accélérer la croissance bien entamée de l'économie québécoise». Les précisions viendront plus tard.
L'ex-présidente du Mouvement Desjardins, Monique F. Leroux, a indiqué que les membres du groupe se réuniront le 4 novembre afin d'établir la façon dont ils travailleront. Pour l'heure, il est question d'innovation, d'entrepreneuriat, ainsi que d'«intensifier l'internationalisation de nos organisations».
On comprend aussi que le groupe entend se pencher sur l'amélioration de la compétitivité des entreprises.
Échéance électorale?
Le Québec va mieux, ont tour à tour soutenu Philippe Couillard et le ministre des Finances, Carlos Leitão.
Ils ont fait valoir que les chiffres sur l'emploi s'améliorent, même si l'objectif de créer 250 000 nouveaux postes durant l'actuel mandat du gouvernement risque de ne pas être atteint.
Les entreprises québécoises sont celles qui ont créé le plus d'emplois au Canada depuis l'élection d'avril 2014, a souligné M. Couillard. Elles ont également créé le plus grand nombre d'emplois au Canada depuis le début de 2016.
À ses yeux, «la création de ce conseil consultatif nous permettra de poursuivre sur cette lancée».
Il s'agit d'une «nouvelle étape vers la prospérité du Québec et de ses régions», a-t-il insisté.
Il a nié avoir l'échéance électorale à l'esprit, et s'est dit ouvert à accueillir des représentants des syndicats à cette grande table - même si, à l'évidence, c'est d'abord et avant tout un groupe de personnalités associées au monde des affaires que le gouvernement a voulu constituer.
Parmi les 27 personnes membres du groupe, citons les noms, outre celui de Monique F. Leroux, qui préside l'Alliance coopérative internationale et le conseil d'administration d'Investissement Québec, de Pierre Boivin, président et chef de la direction de Claridge, d'Alain Bouchard, d'Alimentation Couche-Tard, de Sophie Brochu, de Gaz Métro, de Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, de Marc Dutil, du Groupe Canam, ou encore de Louis Vachon, de la Banque Nationale.
Le groupe se rapportera à la ministre de l'Économie, Dominique Anglade.