Le ministère de l'Éducation débloquera près de 50 millions $ sur cinq ans.

50 M$ pour offrir des petits déjeuners à l'école

Le gouvernement du Québec investit 50 millions $ sur 5 ans pour que toutes les écoles primaires situées en milieu défavorisé puissent offrir un petit déjeuner à leurs élèves dès le mois de septembre.

Actif depuis 23 ans, le Club des petits déjeuners distribue déjà de la nourriture dans plus de 300 écoles défavorisées, grâce à des dons du public et d’entreprises privées. Ce coup de main du gouvernement fera en sorte de doubler les activités du Club, qui pourra déployer son programme dans plus de 400 nouvelles écoles. À terme, les élèves d’environ 40 % des écoles primaires publiques auront droit à un petit déjeuner gratuit.

«Les besoins, ils sont là, on a la capacité financière d’investir», a justifié le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx lors de l’annonce faite vendredi à l’école Marguerite-Bourgeoys de Québec. 

Le ministre reconnaît que la première mission du gouvernement est de donner des services éducatifs. Il croit toutefois qu’avoir le ventre plein, c’est la base pour que les enfants puissent se concentrer et réussir à l’école. «Si une pomme, un yogourt, un fromage peut faire la différence, sincèrement, ça vaut le coup.»

Le ministère de l’Éducation ne donnait aucune aide alimentaire aux écoles primaires jusqu’à maintenant, mais il le faisait déjà dans quelques écoles secondaires situées en milieu défavorisé. Cette nouvelle mesure est inscrite dans la Stratégie 0-8 ans, dévoilée en janvier dernier. 

De son côté, le Club des petits déjeuners dit «être prêt à répondre à la demande». Son président fondateur Daniel Germain demande toutefois aux donateurs de ne pas s’éloigner de cette cause. «Ni le gouvernement, ni le secteur privé n’ont les moyens de mener ce combat seuls. C’est ensemble que nous y arriverons.»