Philippe Couillard a dévoilé son Conseil des ministres, mercredi.

26 ministres en mission

«Le moment des décisions difficiles est venu», prévient Philippe Couillard. Le nouveau premier ministre du Québec appelle à des changements «structurels».
<p> Lise Thériault, vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique</p>
«L'heure n'est plus aux mesures marginales ou cosmétiques», a déclaré M. Couillard, mercredi, en dévoilant la composition de son conseil des ministres.
Vingt-six élus, dont huit femmes, en font partie. Douze d'entre eux ont déjà exercé des fonctions ministérielles sous Jean Charest; 14 sont des recrues.
Le premier ministre leur a transmis des ordres de mission.
Promue au rang de vice-première ministre et de ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault devra par exemple proposer «un nouveau mode de nomination plus indépendant pour le directeur de la Sûreté du Québec».
Plus largement, Philippe Couillard fonde de gros espoirs sur son «trio économique», qu'il s'agisse de Carlos Leitao, aux Finances, de Jacques Daoust, à l'Économie, à l'Innovation et aux Exportations, et de Martin Coiteux, qui tiendra les cordons de la bourse au Trésor.
M. Coiteux devra «mettre en place un mécanisme permanent de révision des programmes afin de s'assurer que l'État est pertinent dans son action et efficace dans sa prestation de services».
Philippe Couillard a voulu être très clair : la «sauvegarde des missions essentielles» que sont la santé, l'éducation et l'aide aux personnes vulnérables passe par un «redressement» de l'État et par une «discipline de fer».
Le trio économique sera complété par Pierre Arcand, qui officiera aux Ressources naturelles, en plus de voir à la relance du Plan Nord.
Trois élus de la capitale ont été nommés au Conseil des ministres.
Le député de Jean-Talon, Yves Bolduc, n'a pas obtenu la Santé, mais se dit heureux de prendre la direction d'un grand ministère regroupant l'Éducation, l'Enseignement supérieur, ainsi que la Recherche et la Science.
Au Travail, Sam Hamad veillera à court terme sur le déroulement des négociations dans le secteur de la construction. Le député de Louis-Hébert a aussi retrouvé son chapeau de ministre de la capitale.
L'ex-doyen de la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval et nouveau député de Charlesbourg, François Blais, prend les rênes de l'Emploi et de la Solidarité sociale.
La région de la Chaudière-Appalaches sera sous la houlette de Dominique Vien, qui dirigera le ministère du Tourisme.
LES FIGURES
À la Santé et aux Services sociaux, l'ancien président de la Fédération des médecins spécialistes, Gaétan Barrette, s'est vu entre autres confier la tâche de réformer le financement des établissements et de réduire la bureaucratie de 10 %.
C'est Stéphanie Vallée, nouvelle titulaire de la Justice, qui soumettra à l'Assemblée nationale un projet de loi sur «la neutralité religieuse de l'État».
Kathleen Weil retrouve le ministère de l'Immigration, auquel on a ajouté les titres de Diversité et d'Inclusion afin de «guérir les blessures des derniers mois», a glissé M. Couillard. Il faisait référence à la Charte de la laïcité du précédent gouvernement.
Parmi les autres nominations à retenir, mentionnons celle de Pierre Moreau aux Affaires municipales, de l'ancien policier Robert Poëti aux Transports, de Christine St-Pierre aux Relations internationales, de Jean-Marc Fournier aux Affaires intergouvernementales, de la toute nouvelle députée Hélène David à la Culture et aux Communications, de David Heurtel à l'Environnement, et de Jean D'Amour à l'Implantation de la stratégie maritime.
Pierre Paradis a savouré son retour en grâce, lui qui avait été écarté des postes ministériels sous Jean Charest.
DES LAISSÉS-POUR-COMPTE
L'opération a fait des laissés-pour-compte. Parmi eux, l'ancienne ministre des Transports, Julie Boulet. Certains suggèrent qu'elle a échoué au «test d'intégrité» imposé par le premier ministre. Mme Boulet n'a pas rappelé Le Soleil.
L'ancien bâtonnier Gilles Ouimet n'a pas été appelé à siéger au Saint des Saints. Une déception pour plusieurs.
Marguerite Blais demeure simple députée, mais à sa demande, a-t-elle soutenu. Les services du vétéran Robert Dutil n'ont pas non plus été retenus.
30 % DE FEMMES
Philippe Couillard n'est pas parvenu à honorer son engagement de nommer au moins 40 % de femmes à son Conseil des ministres. La proportion qu'elle y représente dépasse à peine 30 %.
Une première réunion du Conseil des ministres se tiendra aujourd'hui. Philippe Couillard rencontrera également au cours des prochaines heures le premier ministre canadien, Stephen Harper, qui sera à Québec.
<p>Sam Hamad, ministre du Travail</p>
<p>François Blais, ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale</p>
Liste des membres du nouveau Conseil des ministres du Québec
- Philippe Couillard, premier ministre
- Lise Thériault, vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique
- Jean-Marc Fournier, ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne, ministre responsable de l'Accès à l'information et de la Réforme des institutions démocratiques
- Hélène David, ministre de la Culture et des Communications, ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française
- Carlos Leitao, ministre des Finances
- Stéphanie Vallée, ministre de la Justice, ministre responsable de la Condition féminine
- Martin Coiteux, ministre responsable de l'Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes et président du Conseil du Trésor
- Jacques Daoust, ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations
- Christine St-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie
- Pierre Moreau, ministre des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire
- Yves Bolduc, ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science
- Kathleen Weil, ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion
- Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux
- Francine Charbonneau, ministre responsable des Aînés, ministre de la Famille, responsable de la Lutte contre l'intimidation
- David Heurtel, ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques
- Pierre Paradis, ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation
- Dominique Vien, ministre du Tourisme
- Robert Poëti, ministre des Transports
- Sam Hamad, ministre du Travail
- Pierre Arcand, ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, ministre responsable du Plan Nord
- François Blais, ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale
- Laurent Lessard, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs
- Geoffrey Kelley, ministre responsable des Affaires autochtones
- Jean D'Amour, ministre délégué aux Transports et à l'Implantation de la stratégie maritime
- Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique
- Luc Blanchette, ministre délégué aux Mines
- Jean-Denis Girard, ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique régional.
Participent également au Conseil des ministres :
- Stéphane Billette, whip en chef du gouvernement
- Nicole Ménard, présidente du caucus du parti du gouvernement
«Le nouveau ministre de la Santé doit s'attaquer à la gestion déficiente des hôpitaux et la lourdeur administrative du réseau. L'État-providence a atteint ses limites.» - Dre Diane Francoeur, présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec
«Le nouveau gouvernement doit respecter ses engagements pour améliorer l'accès à un médecin de famille avec un véritable soutien professionnel et technique.» - Dr Louis Godin, président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec
«Le Dr Barrette est un homme d'action et, le tempérament déterminé, voire bagarreur qu'on lui connaît devrait lui permettre de faire bouger les choses, mais il devra se rappeler que le réseau n'est pas constitué uniquement de médecins spécialistes.» - Dr Joseph Dahine, président de la Fédération des médecins résidents du Québec
«Le Dr Barrette a maintenant la responsabilité de défendre l'héritage du Parti libéral qui est à l'origine de l'assurance hospitalisation et de l'assurance maladie publiques au Québec il y a plus de 40 ans.» - La Coalition Solidarité santé 
«Lors de dernière négociation de la FIQ [Fédération interprofessionnelle de la santé], le Dr Barrette avait appuyé certaines revendications des professionnelles en soins, ce qui augure bien pour une bonne collaboration dans le respect de ces principes.» - Fédération interprofessionnelle de la santé
«Le Dr Barrette s'est montré assez favorable par le passé à l'ouverture du secteur privé en santé. Ça nous inquiète, mais on va laisser la chance au coureur.» - Jacques Létourneau, président de la CSN
Propos recueillis par Pierre Pelchat
<p>Le premier ministre Philippe Couillard et le lieutenant-gouverneur Pierre Duchesne, mercredi, lors de l'assermentation du conseil de ministre</p>
Moment historique... avec la mauvaise date
Moment solennel, mercredi matin. Avant de dévoiler son cabinet, Philippe Couillard a rendu une visite de courtoisie au lieutenant-gouverneur Pierre Duchesne. Ce dernier n'a pas remarqué que le premier ministre libéral a signé un «livre d'or», en date du mercredi 23 avril... 2013. Cela ne porte pas à conséquence, a avancé le secrétaire général. Ce ne sont pas des archives du représentant de la reine Élisabeth II, a fait valoir Michel Demers. Les documents officiels signés mercredi après-midi porteront la bonne date, a-t-il assuré. Quant au livre des invités, l'erreur devrait être corrigée en reprenant la cérémonie de signature, un de ces jours.
Avec Michel Corbeil