Jean Charest, premier ministre du Québec.

165 000 $ en publicité pour expliquer l'offre aux étudiants

La facture du conflit étudiant a été gonflée de 165 000 $ par les publicités achetées par le gouvernement de Jean Charestpour expliquer son offre aux associations.
Au cours de la fin de semaine, différents journaux et des stations de radio ont engraissé leurs revenus publicitaires grâce à une offensive médiatique du gouvernement du Québec.
Soucieux d'expliquer sa «solution globale» aux grèves étudiantes, de pleines pages et du temps en ondes ont été réservés.
Québec s'y targue d'avoir «été à l'écoute» et soutient que son offre permet à «tous les étudiants qui le désirent d'accéder aux études supérieures» sans nuire à leur situation financière. Le gouvernement martèle que la hausse équivaut à 0,50 $ par jour. De la somme investie en publicité, 108 000 $ sont allés aux imprimés et 45 000 $ aux radios. Certaines factures n'ont pas encore été reçues, mais le total s'élève à quelque 165 000 $.
La proposition gouvernementale n'a pas eu l'écho souhaité auprès des dirigeants des principales associations étudiantes.
Cette somme s'ajoutera donc à celles engagées pour assurer la sécurité lors des nombreuses manifestations, entre autres.
La semaine dernière, les directeurs généraux des cégeps ont calculé que les coûts engendrés par le conflit risquent fort de dépasser les sommes obtenues grâce à la hausse des droits de scolarité lors de la première année. Le rattrapage des sessions dans les cégeps et les universités pourrait dépasser selon eux 40 millions$. Sans compter les frais liés au vandalisme, à la sécurité renforcée et à la perte de revenus de location.