Le premier ministre François Legault a noté une relative stabilité dans le nombre de nouveaux cas de COVID-19 dépistés au cours des derniers jours à travers le Québec.
Le premier ministre François Legault a noté une relative stabilité dans le nombre de nouveaux cas de COVID-19 dépistés au cours des derniers jours à travers le Québec.

«Plusieurs mois» sans «grands rassemblements intérieurs», prévient Legault

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Alors que trois autres coins du Québec passent au niveau d’alerte maximale à la COVID-19, le premier ministre François Legault prévient qu’«on n’est pas près d’arrêter d’interdire les grands rassemblements à l’intérieur.» Il parle de «plusieurs mois».

Les régions de Charlevoix, l’entièreté de la Montérégie et du Centre-du-Québec virent à leur tour au rouge. Les mesures de restriction de la zone rouge entreront en vigueur vendredi.

L’augmentation des cas force aussi le gouvernement à hausser le niveau d’alerte au Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui passe du jaune de la préalerte à l’orange de l’alerte modérée.

La Côte-Nord, l’Abitibi-Témiscamingue, le Nord-du-Québec, le Nunavik et les Terres-Cries-de-la-Baie-James sont les dernières régions encore au niveau jaune de préalerte, deuxième des quatre paliers du système régional d’alerte gouvernemental.

En conférence de presse mardi, à Montréal, alors que les travaux parlementaires à Québec font relâche pour la semaine, M. Legault a noté une relative stabilité dans le nombre de nouveaux cas de COVID-19 dépistés au cours des derniers jours à travers le Québec.

«Il faut être très, très, très prudents, mais ça semble s’être stabilisé», a affirmé le premier ministre, flanqué de son ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, ainsi que du directeur national de la santé publique du Québec, Dr Horacio Arruda.

Quatrième baisse consécutive

Avec 815 nouveaux cas, mardi marquait une quatrième journée de baisse consécutive, une troisième sous la barre psychologique des 1000 nouveaux cas quotidiens.

«Il est trop tôt pour se réjouir, mais il y a tout lieu de croire que les efforts qu’on fait sont en train de donner des résultats», a dit M. Legault.

Les propriétaires et employés des bars, salles à manger de restaurants, musées, salles de spectacles, théâtres, cinémas et autres casinos des zones rouges devront toutefois prendre leur mal en patience. Bien au-delà du 28 octobre, première date où les restrictions en zone rouge pourraient, en principe, être adoucies.

«Il faut éviter les grands rassemblements intérieurs dans des lieux plus petits», a-t-il répété sur tous les tons, précisant que cette mesure resterait en vigueur «pendant plusieurs mois».

Le premier ministre n’a pas énuméré les endroits à risque, pas plus qu’il a précisé la taille d’un «grand rassemblement». Mais on peut se référer aux mesures édictées il y a deux semaines pour le niveau d’alerte maximale et se faire une idée.

Éviter le yoyo

À mi-chemin du premier défi de 28 jours lancé fin septembre par le ministre Dubé, celui-ci fait remarquer qu’il a fallu tout ce temps pour redescendre autour de 800 cas quotidiens. Le sommet atteint mardi dernier était de 1364. Revenir en zone orange le 29 octobre s’avère plutôt incertain.

«On ne veut pas faire du yoyo, c’est quand même assez long inverser une tendance. Il faut s’assurer de bien stabiliser la situation, ce qui était l’objectif pour la première moitié des 28 jours, puis la deuxième partie d’octobre sera pour faire rebaisser la courbe. Si on baisse, là on verra ce qu’on va faire le 28 octobre», a indiqué M. Dubé.

Il insiste sur l’importance de voir baisser le nombre d’hospitalisations dues au coronavirus, statistique qui d’ordinaire suit la tendance des cas avec une ou deux semaines de retard.

«Deux semaines en COVID-19, c’est une éternité», rappelle de son côté le Dr Arruda, ajoutant néanmoins qu’«on ne reviendra pas comme cet été aussi longtemps que la situation ne sera pas stabilisée».

Pas de rouge uniforme

Pas question toutefois de peindre tout le Québec en rouge de façon uniforme sans égard aux situations épidémiologiques régionales. «Ce serait trop facile de mettre tout le monde en rouge et de faire mal à des endroits qui n’en ont pas besoin. Pourquoi fermer un restaurant au Lac-Saint-Jean ou dans le Bas-Saint-Laurent, s’il n’en a pas besoin?» illustre le ministre de la Santé.

Quant à Noël et au temps des Fêtes, il est trop tôt pour statuer sur ce qui adviendra dans 10 semaines, confirme le premier ministre. Mais gardez en tête que les possibilités de se rassembler à l’intérieur demeureront alors encore limitées.

M. Legault a par ailleurs dévoilé des chiffres révélateurs sur la situation actuelle dans les milieux de vie pour personnes âgées. Alors qu’au plus fort de la première vague de COVID-19, au printemps, quelque 8000 résidents des CHSLD, RPA et RI étaient infectés, on en compte en ce moment environ 400.

M. Dubé a de son côté confirmé que des tests de dépistage rapides, comme l’appareil ID Now, seront bientôt utilisés au Québec. Mais comme la capacité ne sera pas très grande, il y voit un outil privilégié pour les cas dans les écoles, par exemple, ou pour certaines régions à faible contagion.

Trudeau «joue avec le feu»

Le premier ministre Legault a aussi dit que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, «joue avec le feu» en cherchant à établir des normes d’un océan à l’autre en soins de longue durée.

«Toutes les provinces ont demandé d’avoir des transferts sans condition en santé. M. Trudeau fait une erreur de proposer des mesures centralisatrices. Il y a un consensus entre les provinces, entre autres le Québec et l’Ontario, sur l’autonomie des moyens pour atteindre nos objectifs, surtout dans un domaine comme la santé qui est de compétence provinciale», répète M. Legault.


Principaux points de la conférence de presse de 13 h :

  • Avec 815 nouveaux cas de COVID-19, «il faut être très prudents, mais ça semble s'être stabilisé», affirme le premier ministre François Legault. «Il est trop tôt pour se réjouir, mais il y a tout lieu de croire que les efforts qu'on fait sont en train de donner des résultats.»
  • Les régions de Charlevoix, l'ensemble de la Montérégie et du Centre-du-Québec passent au niveau d'alerte maximal. Les mesures de restriction de la zone rouge entreront en mesure vendredi.
  • Augmentation des cas aussi au Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui passe en zone orange d'alerte modérée.
  • Les restaurants, bars, salles de spectacles et autres devront prendre leur mal en patience. Le premier ministre Legault dit : «On n'est pas près d'arrêter d'interdire les grands rassemblements à l'intérieur.» Il parle de «plusieurs mois».
  • Le ministre Lionel Carmant a déclenché une enquête externe à la DPJ de la Capitale-Nationale pour faire la lumière sur les signalements qui ont précédé les meurtres des deux garçons en fin de semaine, à Wendake.