Une étude de l'Institut de recherche et d'information socio-économique révèle que le nombre de femmes immigrantes est en forte augmentation dans les maisons d'hébergement. Alors qu'elles constituaient 13 % de la clientèle en 2007, le pourcentage atteignait 21,6 % en 2014. 

Plus de sensibilisation contre la violence dans les familles immigrantes

La Ville de Québec veut diminuer la violence conjugale dans les familles immigrantes.
Une subvention de 49 000 $ a été accordée par le Secrétariat à la condition féminine pour développer des outils de sensibilisation destinés spécifiquement à la clientèle immigrante. La Ville de Québec investira aussi 23 600 $. Les organismes venant en aide aux victimes de violence conjugale et aux immigrants contribueront pour 3000 $.
Le projet accepté propose une fiche traduite en plusieurs langues portant sur la violence conjugale et intrafamiliale, un atelier de sensibilisation et une capsule vidéo informative. Isabelle Petit, porte-parole de la Ville de Québec, affirme toutefois que le plan d'action qui sera développé cet automne pourrait convenir d'autres moyens. «C'est un sujet délicat. On veut trouver le ton juste», mentionne-t-elle.
Dans un guide sur les valeurs communes remis aux réfugiés et aux immigrants qui s'installent dans la capitale, la question de la violence conjugale est déjà abordée parmi d'autres. Le texte rappelle que c'est un crime d'utiliser la force contre son conjoint ou sa conjointe, les enfants et les aînés ou encore de menacer de le faire. Le rôle des policiers est démystifié et le recours à leurs services, encouragé. Mme Petit indique que la nécessité d'outils supplémentaires a été signalée par les policiers et les intervenants sur le terrain. Elle n'a pas de statistiques à dévoiler sur la clientèle en besoin. «C'est un phénomène difficile à documenter», dit-elle. 
La semaine dernière, Le Soleil rapportait les résultats d'une étude de l'Institut de recherche et d'information socio-économique (IRIS) révélant que le nombre de femmes immigrantes est en forte augmentation dans les maisons d'hébergement. Alors qu'elles constituaient 13 % de la clientèle en 2007, le pourcentage atteignait 21,6 % en 2014. Il est prévu que la hausse se poursuive au cours des prochaines années.