Plusieurs dizaines de personnes sont venues appuyer Radio-Canada à Québec devant les bureaux de la société d'État sur la rue Saint-Jean.

Plus de 300 manifestants en soutien à Radio-Canada

À Québec, plus de 300 personnes se sont massées devant les bureaux de Radio-Canada au 888, rue Saint-Jean. Des employés récemment mis à la porte en raison des compressions - dont Diane Martin, animatrice de la défunte émission La musique parle - ont pris la parole pour réaffirmer leur amour pour le diffuseur public, mais aussi pour crier leur rage devant les mises à pied.
La classe politique a répondu à l'appel des Amis de Radio-Canada. La députée péquiste de Taschereau, Agnès Maltais, et la députée néo-démocrate de Québec, Annick Papillon, étaient parmi les manifestants. Bon nombre d'auditeurs se sont aussi déplacés pour réclamer la fin des coupes et témoigner de leur solidarité pour les artisans de la société d'État.
Un signe d'attachement, selon Hubert T. Lacroix
Les compressions successives touchant Radio-Canada, les mises à pied, de même que la fermeture de studios et, plus récemment, du plus grand costumier en Amérique du Nord, inquiètent les défenseurs de la société d'État.
Par voie de communiqué, le président-directeur général de CBC/Radio-Canada, Hubert T. Lacroix, dont la gestion a été dénoncée par plusieurs observateurs au cours des dernières semaines, a affirmé que ces manifestations de gens clamant leur attachement à Radio-Canada témoignent de l'intensité de la relation qui les unit au diffuseur public. Il ajoute que cet attachement rassure et motive la direction à prendre tous les moyens nécessaires pour faire en sorte que CBC/Radio-Canada demeure un service public fort.
M. Lacroix a soutenu que la gestion quotidienne et les choix éditoriaux comme la définition des orientations sont libres de toute intervention politique. La Presse Canadienne