L'ex-maire de Drummondville, Alexandre Cusson était l'un des deux candidats à la succession de Philippe Couillard. 
L'ex-maire de Drummondville, Alexandre Cusson était l'un des deux candidats à la succession de Philippe Couillard. 

PLQ et PQ suspendent leur course à la direction jusqu’à nouvel ordre

Le Parti libéral du Québec (PLQ) a annoncé vendredi qu'il suspend sa course à la direction jusqu'à nouvel ordre en raison de la pandémie de COVID-19.

Cette décision a été prise d'un commun accord avec les deux candidats en lice, Alexandre Cusson et Dominique Anglade, a précisé le parti dans un communiqué.

Le PLQ se trouve ainsi à répondre positivement à la demande de M. Cusson, qui jeudi avait mis de la pression sur l'exécutif pour qu'il suspende la course.

Selon l'ancien maire de Drummondville, il était «irresponsable» de poursuivre comme si tout était normal, alors que les Québécois sont mobilisés à combattre le coronavirus.

Sa rivale, Mme Anglade, une ex-ministre libérale, avait plutôt plaidé pour que la course, qui tire à sa fin, se poursuive de façon virtuelle.

Le vote pour élire le nouveau chef du PLQ devait se tenir le 31 mai. D'ici là, cinq débats allaient être diffusés sur le web. Le parti avait annulé toutes ses activités publiques, dans le respect des directives de santé publique.

Vendredi, la présidente du PLQ, Linda Caron, a déclaré que vu le contexte «exceptionnel», l'exécutif avait décidé de suspendre la course jusqu'à nouvel ordre et de fixer un nouveau calendrier dans les meilleurs délais.

«Notre priorité est d'être solidaires avec toute la population du Québec», a-t-elle affirmé.

Alexandre Cusson a aussitôt salué la décision du PLQ.

«Cette décision permettra à tous (...) de se concentrer sur ce qui est essentiel, soit de tout mettre en ?uvre pour combattre la pandémie que nous vivons présentement», a-t-il déclaré par voie de communiqué.

De son côté, Mme Anglade, qui n'avait pas réclamé la suspension de la course, a dit bien accueillir la décision. Elle a assuré le parti de son entière collaboration.

Elle affirme que le Québec vit actuellement une crise «d'une ampleur inédite» et que la priorité doit être de contribuer à l'effort collectif pour limiter la propagation de la COVID-19.

La décision du parti lui permettra de mettre toutes ses énergies «au bon endroit», a-t-elle laissé savoir.

«Je continuerai donc de veiller au bien-être des citoyens de mon comté et de jouer mon rôle comme porte-parole de l'opposition officielle en matière d'économie», a-t-elle ajouté.

Le Parti québécois, qui tient également une course à la direction, a annoncé en soirée qu'il reportera lui aussi le vote pour élire un nouveau chef. Le scrutin, qui était initialement prévu en juin, se tiendra finalement le 28 août.

La course n'est pas suspendue, mais plutôt «prolongée», a indiqué un porte-parole. La période de mise en candidature a été repoussée de trois semaines et de nouvelles dates pour les débats seront fixées.

Les candidats qui s'affrontent dans cette course sont le député de Jonquière Sylvain Gaudreault, l'avocat Paul St-Pierre Plamondon, l'humoriste Guy Nantel et l'historien Frédéric Bastien.