Au moment d’écrire ces lignes, 164 citoyens avaient signé la «déclaration d’appui» sur leur site Web : www.villezerodechet.org

Plaidoyer pour le «zéro déchet»

Des résidents de la capitale ont décidé de se regrouper afin de faire pression sur la mairie pour qu’elle change de cap, abandonne son incinérateur à poubelles et développe une «stratégie zéro déchet».

«Québec n’est pas une ville exemplaire», déplore un des porte-parole du nouveau Collectif objectif zéro déchet, Jean-Yves Desgagnés. Professeur du campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski, il s’est notamment fait connaître en dénonçant les rejets toxiques hors normes des cheminées de l’incinérateur municipal situé à 500 mètres de sa maison.

«Arrêtez d’investir dans cet équipement qui est désuet», poursuit-il. «On ne croit plus dans la possibilité de rendre cet incinérateur-là non nocif pour la santé des citoyens.»

M. Desgagnés et d’autres habitants de Québec ont donc décidé de lancer un «mouvement» dans l’espoir de renverser la vapeur. Ils demandent que les fonds investis pour améliorer la performance de l’incinérateur soient détournés vers des projets de compostage, de recyclage, de réemploi, de diminution de la consommation.

«Mouvement citoyen»

«On est vraiment un mouvement citoyen», ajoute-t-il. «On est dans les premiers balbutiements. On est vraiment au tout début. On veut que les citoyens manifestent leur appui.»

Au moment d’écrire ces lignes, 164 citoyens avaient signé la «déclaration d’appui» sur leur site Web : www.villezerodechet.org

Plus de 660 personnes avaient en outre adhéré à la page Facebook du Mouvement pour une ville de Québec zéro déchet.

Des organisations de la région ont également signifié leur soutien à la cause, nous dit-on. La liste transmise : les AmiEs de la Terre de Québec, Craque-Bitume, le Groupe de simplicité volontaire de Québec, le Comité citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur, le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, l’Association pour la défense des droits sociaux du Québec métropolitain, ainsi que le Conseil de quartier de Saint-Roch.