«L’incinération, comme l’enfouissement pêle-mêle des déchets, ce sont deux façons de faire qu’il faut changer», critique le porte-parole de Zéro déchet Québec, Karel Ménard.

Plaidoyer pour la fin de l’incinération des déchets

«L’incinération est un mode de gestion archaïque des matières résiduelles. On détruit des ressources à tout jamais.»

On l’aura compris, Karel Ménard ne sera pas de passage à Québec mercredi soir pour célébrer la réduction en cendres des poubelles. C’est plutôt pour inviter l’hôtel de ville — et les citoyens — à négocier un virage serré vers une réduction importante de la quantité de détritus produits qu’il déclamera une conférence au Cégep Limoilou.

Karel Ménard est porte-parole de Zéro déchet Québec. Il est aussi directeur général du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets.

Pas totalement opposé

Cela pourrait surprendre, mais M. Ménard n’est pas totalement opposé à l’enfouissement des déchets. Seulement si tout a été mis en œuvre en amont pour diminuer la consommation, réutiliser tout ce qui est encore bon et recycler un maximum de matières. Après, il restera toujours un résidu dont il faudra se débarrasser, convient-il.

Pratiques actuelles critiquées

Il critique cependant fermement nos pratiques actuelles. «L’incinération, comme l’enfouissement pêle-mêle des déchets, ce sont deux façons de faire qu’il faut changer.» C’est dispendieux et polluant, dit-il, surtout l’incinération. «Et ça détruit des ressources. Si on le brûle, c’est perdu à tout jamais, on le perd en fumée. On devrait tendre vers la disparition progressive de l’incinération au Québec.»

La conférence «Zéro déchet et les alternatives à l’incinération» est organisée par les AmiEs de la terre de Québec et le Mouvement pour une ville zéro déchet. Le rendez-vous est fixé à 19h à la salle Sylvain-Lelièvre du Cégep Limoilou, 1300, 8e Avenue, à Québec. Contribution suggérée de 5 $.

Pour des informations au sujet de la Semaine québécoise de réduction des déchets : sqrd.org