C’est ce qui ressort de la soirée de consultation à laquelle participait jeudi une centaine de citoyens et commerçants du quartier Limoilou.

Piste cyclable de la 3e Avenue: des enjeux sécuritaires plus qu’économiques

Les commerçants de la 3e Avenue s’inquiètent des enjeux sécuritaires liés au prolongement de la piste cyclable. Encore plus que l’impact économique que peut avoir le retrait de 48 cases de stationnement pour réaliser le projet.

C’est ce qui ressort de la soirée de consultation à laquelle participait jeudi une centaine de citoyens et commerçants du quartier Limoilou. Les provélos étaient nombreux à donner leur accord au projet lors de la période d’intervention du public. Par contre, on se demandait où étaient les commerçants qui avaient critiqué l’intention de l’administration Labeaume dans les médias plus tôt cette semaine.

Le président de la Société de développement commercial s’est finalement présenté au micro au nom de ses membres. Ils étaient d’ailleurs une vingtaine réunie à 17h avant la rencontre pour faire le point. «L’enjeu principal, c’est celui de la sécurité, a indiqué Michel Jobidon. On a peur que l’augmentation du nombre de vélos entraîne des accidents à cause de nombreuses sorties “aveugles” sur la rue», explique-t-il.

Comme avait mentionné cette semaine son directeur général au Soleil, il dit aussi s’inquiéter concernant la première phase du projet de piste cyclable aménagé en 2016 entre le pont de la rivière Saint-Charles et la 11e rue où une bande cyclable est dessinée au sol de chaque côté de la 3e Avenue entre la voie de circulation et les cases de stationnement. Le fait que les plus gros véhicules peinent à se stationner sans empiéter sur la bande cyclable augmente les risques d’emportièrage.

Une rencontre à ce sujet doit avoir lieu avec les représentants de la Ville. Il y sera aussi question du retrait de 48 espaces de stationnement entre les 12e et 19e rues du côté ouest. Certains commerçants ont des craintes, indique un propriétaire qui a pignon sur la 3e Avenue. Mais selon lui, le projet de prolongement devrait pouvoir se faire si la Ville est prête à faire quelques aménagements pour satisfaire tout le monde.

À ce sujet, des analyses révèlent de faibles taux d’occupation des stationnements les jours de semaine entre la 12e et la 19e rue sur la 3e Avenue. Ce taux atteint en moyenne seulement 36 %. La Ville fait le pari qu’il y a suffisamment de places disponibles dans les rues transversales pour pallier la perte de 48 cases sur l’artère commerciale.

Dans une perspective plus large, le projet vise à relier l’axe nord-sud de la 3e Avenue à celui est-ouest de la 22e rue, qui se rendrait jusqu’au Centre Vidéotron. Selon les données fournies, le tracé de la 3e Avenue est l’un des plus utilisés. Il passe chaque jour quelque 900 vélos.