Pierre Tremblay le conseiller et Pierre Tremblay le maire sortant s'affrontent pour la mairie des Éboulements.
Pierre Tremblay le conseiller et Pierre Tremblay le maire sortant s'affrontent pour la mairie des Éboulements.

Pierre Tremblay contre Pierre Tremblay aux Éboulements

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Même si l’humoriste Jean-René Dufort leur a fait un clin d’œil à l’émission Infoman, la lutte à la mairie des Éboulements entre le maire sortant Pierre Tremblay et le conseiller municipal qui se nomme aussi Pierre Tremblay est loin d’être une blague.

«Ce n’est jamais arrivé ici, c’est la première fois qu’on voit ça! Parce que les deux aspirants portent le même nom, il faudra inscrire leurs adresses complètes sur les bulletins de vote. Le maire sortant habite la route du Fleuve aux Éboulements alors que le conseiller réside sur le Chemin des Marguerites dans l’ancienne municipalité de Saint-Joseph-de-la-Rive», explique la directrice générale de la Municipalité, Linda Gauthier. 

«J’ai dit aux candidats que c’était à eux de faire leur part durant la campagne pour s’assurer d’être reconnus par leur adresse. J’ai également indiqué aux scrutateurs qu’ils auraient certainement des questions la journée du vote», poursuit-elle.

Comme les candidats sont normalement classés par ordre alphabétique sur les bulletins de vote, il faudra aussi effectuer, vendredi ou lundi, un tirage au sort afin de déterminer lequel des deux Pierre Tremblay aura l’honneur de figurer en premier sur la liste le 5 novembre.

Miser sur l’adresse...

Originaire de Sherbrooke et installé aux Éboulements depuis 2010, le maire sortant a déjà commencé sa campagne en installant des affiches électorales où son adresse est inscrite. «J’essaie d’être distinctif», déclare le maire Tremblay au Soleil, ajoutant qu’il mentionne son adresse à tous les électeurs qu’il rencontre. «Heureusement qu’on habite dans deux secteurs distincts de la Municipalité. Imaginez si on était tous les deux sur la rue du Fleuve!»

Photo interdite

Le conseiller Pierre Tremblay, qui a été maire de Saint-Joseph-de-la-Rive avant la fusion municipale de 2001, indique pour sa part qu’il aurait bien aimé que les photos des candidats puissent figurer sur les bulletins de vote, ce qui est cependant interdit par la loi.

«Nous nous en remettrons alors à l’adresse. J’insiste toujours que je suis celui du chemin des Marguerites. Heureusement, je suis bien connu puisque je suis né ici et que ma famille possède l’Auberge Beauséjour depuis 100 ans», explique le prétendant à la mairie.

Celui-ci ne sait pas trop quoi penser du tirage au sort qui servira à déterminer l’ordre des candidats sur le bulletin de vote. «Je ne sais pas vraiment si ça aura un impact avec les électeurs», déclare-t-il.

Le conseiller ajoute que leurs noms ont beau être le même, lui et le maire ne peuvent pas être plus différents. «Je ne m’entends pas bien avec lui, c’est pour ça que je me lance. Lui, il est plutôt individualiste et manque de transparence», critique-t-il.

Ce n’est pas la première fois que deux candidats portant exactement le même nom se présentent dans une même municipalité. En 2013, deux Stéphane Beaulieu se sont présentés dans deux districts électoraux différents, mais tous les deux dans l’équipe du candidat à la mairie Robert Bordeleau à Laval. Les deux ont cependant été battus.

En 2011, deux candidats de Terre-Neuve aux élections fédérales portaient presque le même nom. Gerry Byrne, un libéral actuellement député provincial de Corner Brook, posait sa candidature dans Humber—St. Barbe—Baie-Verte alors que Jerry Byrne, un conservateur, se présentait dans St. John’s East. Gerry avec un «G» a gagné, Jerry avec un «J» a perdu...