Comme député, Pierre Paul-Hus, qui tente de se faire réélire dans Charlesbourg–Haute-Saint-Charles, use d’un savant mélange entre ce qu’il a acquis durant ses carrières de militaire et d’homme d’affaires.

Pierre Paul-Hus: conservateur «avec du cœur»

Premier geste que Pierre Paul-Hus a posé quand il a été élu en 2015, c’est visiter les 150 organismes sociaux de Charlesbourg–Haute-Saint-Charles. Geste surprenant d’un député conservateur, donc réputé de droite. «Pas parce qu’on est conservateur qu’on n’a pas de cœur!»

Voilà la réponse qu’il a servie, à l’époque, à une dame d’un organisme «très communautaire» qui se montrait sceptique face à la démarche du nouvel élu. Un mantra qui suit M. Paul-Hus depuis quatre ans.

Le Soleil l’a rencontré mercredi matin au Tim Hortons du boulevard Henri-Bourassa, près du Trait-Carré. À bord de sa voiture de campagne à son effigie, il partait ensuite pour Trois-Rivières pour le lancement national auprès du chef Andrew Scheer, homme qu’il a appuyé dès le début de la course à la direction du Parti conservateur. M. Paul-Hus rentrait ensuite à Québec pour l’ouverture en soirée de son bureau de comté, un peu plus haut sur la 1re Avenue.

En milieu de matinée, le resto est presque vide. Un homme d’un certain âge assis seul avec son café lève les yeux de son journal et l’interpelle. Le député sortant, à quelques minutes de briguer officiellement un deuxième mandat, n’hésite pas à s’avancer pour lui serrer la pince et échanger quelques mots.

Troisième campagne

«C’est ma troisième élection, c’est différent», constate celui qui avait d’abord mordu la poussière en 2011 dans la circonscription quasi voisine de Louis-Hébert. «Là, je dois me faire réélire. Mais j’ai plus d’expérience et je sais faire les bonnes choses pour être efficace.»

AbonnezvousBarometre

Comme mardi, quand il est allé remettre les prix du concours Maisons fleuries de Lac-Saint-Charles. «Ce sont des gens peut-être plus à gauche qui étaient là, mais j’étais content de les honorer quand même pour ce qu’ils font. Je ne peux pas rencontrer tout le monde, la circonscription compte plus de 100 000 personnes [107 254]. Parfois, la perception que les gens ont des conservateurs vient plus de la télévision. Je vais faire le plus de porte-à-porte dans les 40 prochains jours pour que les gens se fassent une idée personnelle de moi», indique-t-il.

L’idée que ses électeurs avaient de lui semblait déjà bonne il y a quatre ans. Celui qui pensait alors «gagner ou perdre par 1000 votes» a plutôt triomphé par une majorité de... 11 000 voix!

Protection du lac Saint-Charles

Comme député, Pierre Paul-Hus use d’un savant mélange entre ce qu’il a acquis durant ses carrières de militaire et d’homme d’affaires. Réserviste des Forces armées canadiennes pendant 22 ans, il a commandé le fameux Régiment de la Chaudière ayant participé bien avant lui au débarquement de Normandie, il a en parallèle été éditeur des magazines Prestige et Hôtels, restaurants et institutions. En plus de gérer avec son père Denys le Gala de la restauration de Québec, le Festival de la gastronomie et la Sélection mondiale des vins.

Papa a pris sa retraite et son épouse s’occupe maintenant des deux publications. Lui a uni ses côtés civil et militaire en politique, croisé sa capacité de décision à son large réseau de contacts.

Comme tous les candidats de la région, le troisième lien figure parmi ses priorités. Mais aussi la protection du lac Saint-Charles, qui sert pour 40 à 60 % de l’alimentation en eau la région. Il renvoie au programme du Parti conservateur, qui compte «60 pages de mesures environnementales concrètes et réalisables», assure-t-il. Conservateur avec du cœur et une fibre environnementale? C’est à souligner.