La clinique-réseau de Charlesbourg

Pétition pour la réouverture du sans rendez-vous au Centre médical de Charlesbourg

Une pétition réclamant au gouvernement de rétablir «immédiatement» le financement de la clinique-réseau de Charlesbourg afin qu’elle puisse rouvrir son sans rendez-vous vient d’être déposée par la Coalition avenir Québec sur le site de l’Assemblée nationale.

La pétition demande plus particulièrement que le gouvernement maintienne le financement du sans rendez-vous du Centre médical de Charlesbourg d’ici à ce que la clinique réussisse à attirer de nouveaux médecins pour se transformer en superclinique.

Pour rappel, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a pris la décision de couper le financement de toutes les cliniques-réseau d’ici le 1er avril prochain. Pour conserver leur financement, ces cliniques doivent faire la preuve qu’elles veulent et peuvent se transformer en supercliniques, qui doivent notamment être ouvertes 84 heures par semaine, soit une dizaine d’heures de plus qu’à l’heure actuelle.

À l’instar d’autres cliniques-réseau, le Centre médical de Charlesbourg voudrait bien adhérer au programme de supercliniques, mais il manque de médecins pour couvrir les heures élargies exigées. 

Sans budget et sans ressources depuis le 1er octobre, et sans autorisation de poursuivre sa mission réseau, le Centre médical de Charlesbourg n’a eu d’autre choix que de fermer son sans rendez-vous, la semaine dernière. Seuls les patients inscrits peuvent désormais y consulter un médecin.

La clinique-réseau était ouverte sept jours sur sept, 363 jours par année, de 7h à 21h la semaine et de 8h30 à 12h30 la fin de semaine. Il s’agissait du seul établissement du secteur à offrir des consultations sans rendez-vous à des patients sans médecin de famille, qui sont environ 61 000 dans Québec-Nord. 

La fermeture de la portion réseau se traduira par la perte de près de 12 000 consultations médicales sans rendez-vous par année, selon le président-directeur général de la clinique, Éric Caron. 

«La santé, ce n’est pas un jeu»

Au bout du fil, mercredi, le député de Lévis, François Paradis, a dit voir la pétition comme une «ultime tentative» de démontrer que la fermeture de cette clinique-réseau affecte grandement les patients, censés êtres au centre des décisions du ministre Barrette. 

Dans le plan géographique initialement prévu par le ministre, une superclinique devait être implantée dans le secteur de Charlesbourg, a rappelé le député de Lévis. 

«C’est bien amusant de faire des petits ronds sur un papier [à l’emplacement des supercliniques], mais il faut être capable de concrétiser le plan. La santé, ce n’est pas un jeu. On a une problématique majeure de recrutement de médecins. Et en attendant de régler le problème, la solution ne peut surtout pas être de faire fermer les cliniques-réseau!» a plaidé M. Paradis, soulignant que la superclinique de MAclinique Lebourgneuf n’était pas en mesure d’absorber un flux supplémentaire de patients, «surtout qu’un autre service de sans rendez-vous, celui de la Clinique médicale Pierre-Bertrand, a été fermé» il y a quelques mois à la clientèle non-inscrite.