Le lendemain des attentats de la Grande Mosquée de Québec et deux jours après l’incendie criminel qui avait rasé la mosquée de Victoria, au Texas, Madams avait diffusé sur YouTube une vidéo de deux minutes où il faisait plusieurs déclarations inquiétantes et menaçait de venger ces attentats.

Peine dans la collectivité pour celui qui voulait venger l’attentat de la Grande Mosquée

Jordayne Evan Thomas Madams, ce Néo-Zélandais qui avait menacé de venger l’attentat de la Grande Mosquée de Québec dans des vidéos diffusées sur YouTube et Facebook en janvier 2017, a été condamné lundi à six mois de prison à purger dans la collectivité et deux ans de probation pour avoir possédé un «manuel du terroriste» et des images de pornographie juvénile.

Comme le rapportent le New Zealand Herald et les médias du groupe Fairfax New Zealand, Madams, 20 ans, avait en sa possession des vidéos d’exécutions sommaires réalisées par des membres du groupe armé État islamique et un manuel donnant les instructions sur la façon de fabriquer une bombe en plus d’avoir développé un intérêt intense pour cette organisation terroriste.

Le lendemain des attentats de la Grande Mosquée de Québec et deux jours après l’incendie criminel qui avait rasé la mosquée de Victoria, au Texas, Madams avait diffusé sur YouTube une vidéo de deux minutes où il faisait plusieurs déclarations inquiétantes et menaçait de venger ces attentats. Il avait partagé ces vidéos en plus de publier des commentaires de même nature sur le réseau social Facebook. «Dans des temps comme ceux-ci, il est temps d’établir l’État islamique dans chaque pays. Il est temps de défendre notre religion avec nos vies. Fini, les protestations, c’est le temps du djihad», avait-il écrit à l’époque.

Madams avait été arrêté après une perquisition menée en novembre et accusé d’avoir possédé de la propagande terroriste, soit le «manuel du terroriste» et 68 images faisant la promotion de l’État islamique, des vidéos de personnes exécutées par peloton d’exécution ou par décapitation et quelque 200 images de pornographie juvénile. Il n’a pas été accusé pour la douzaine de vidéos qui appelaient à la vengeance suite aux attentats de la Grande Mosquée de Québec.

Syndrome d’Asperger

La juge Stephanie Edwards a tout de même été clémente envers le jeune homme, qui n’avait aucun antécédent judiciaire et est atteint du syndrome d’Asperger. Cette condition, qui est une forme moins invasive d’autisme, l’aurait amené à faire des fixations sur plusieurs sujets, d’abord les dinosaures, puis l’État islamique selon un psychiatre. Madams aurait aussi rapidement appris les bases de l’islam ainsi que la langue arabe. Selon les médias de Fairfax New Zealand, la juge aurait déclaré que Madams était «un jeune homme intelligent dont l’énergie a besoin d’être canalisée vers des choses positives» avant d’imposer sa sentence. Elle a aussi déclaré qu’une autre personne prise avec le même matériel, mais qui n’aurait pas la même condition psychologique que Madams aurait pu être condamnée à purger une peine ferme de 21 mois de prison.

En plus de sa peine dans la collectivité, il est interdit à Madams d’entrer en contact avec des personnes de moins de 16 ans sans la supervision d’un autre adulte ou de posséder des armes à feu, du matériel faisant la promotion de la destruction ou en faveur de groupes religieux, des dispositifs capables d’accéder à Internet, des photographies ou des films.