La saisie a eu lieu dans la nuit du 22 au 23 juin au quai de Tourelle, près de Sainte-Anne-des-Monts, en Gaspésie.
La saisie a eu lieu dans la nuit du 22 au 23 juin au quai de Tourelle, près de Sainte-Anne-des-Monts, en Gaspésie.

Pêche illégale de homard et de morue près de Sainte-Anne-des-Monts

CARLETON – Trois hommes du secteur Tourelle de Sainte-Anne-des-Monts devront éventuellement répondre à des accusations de pêche illégale en lien avec une importante saisie effectuée dans la nuit du 22 au 23 juin par des agents de Pêches et Océans Canada et de la Sûreté du Québec.

La saisie a eu lieu au quai de Tourelle, en Gaspésie, alors que les trois hommes revenaient avec des captures de homard et de poisson de fond, surtout de la morue, effectuées la nuit. Les trois suspects ne possédaient aucun permis de pêche commerciale. Les agents des pêches ont non seulement saisi d’importants volumes de prises mais aussi le bateau, une chaloupe, des casiers à homard et des lignes pour pêcher le poisson de fond.

Les amendes pourraient sommairement s’élever à 100 000 $ si les trois pêcheurs sont trouvés coupables, mais Jean-Pierre Sylvestre, chef de la protection des ressources pour la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent à Pêches et Océans Canada précise que l’enjeu pourrait être plus important.

«La pêche illégale de homard avait lieu dans un secteur de pêche exploratoire, où on évalue la ressource pour une future pêche commerciale, peut-être. Ça (la pêche illégale) vient fausser les données en lien avec la pêche potentielle. Les faits illégaux viennent compromettre la recherche», note-t-il.

L’enquête est loin d’être terminée parce que ces trois pêcheurs écoulaient vraisemblablement une bonne partie de leurs prises à des clients contre rémunération.

«D’autres personnes seront rencontrées au cours des prochains jours, un peu partout au Québec. Il y a un réseau de rattaché à ça», ajoute M. Sylvestre.

Le volume des quantités saisies n’est pas dévoilé parce qu’il s’agira d’un élément d’enquête important lorsque les suspects seront traduits en cour. Généralement, ce type de cause est entendue en cour pénale, mais la loi sur les pêches est mixte, ce qui ouvre la porte à de possibles accusations criminelles si les infractions atteignent un certain degré de gravité. Des accusations au criminel peuvent déboucher sur des peines de prison.

La Sûreté du Québec a participé à la saisie parce que certains des suspects avaient un passé criminel et la police voulait les interroger en lien avec une autre affaire.

Le procès n’aura pas lieu dans les prochaines semaines, prévient Jean-Pierre Sylvestre. «Il y a beaucoup de monde à rencontrer et ça peut prendre un an, des fois plus, avant qu’une affaire comme ça soit réglée», dit-il.

Le bateau saisi était un bateau de pêche auquel aucun permis n’était rattaché cette année. La valeur des biens saisis pour le moment s’élèvent aisément à plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Les pêcheurs de homard de la Gaspésie ont réalisé d’importants sacrifices au cours des 23 dernières années pour que leur ressource reprenne de la vigueur, avec de bons résultats. Quant à la morue, sa biomasse est encore jugée dans un état précaire par les spécialistes.