Le rapport publié mardi par le Centre canadien de politiques alternatives constate que 60% des enfants des Premières Nations demeurant dans des réserves vivaient en 2010 dans la pauvreté et que depuis, leur situation s'est aggravée.

Pauvreté: les jeunes autochtones deux fois plus à risque

Un rapport s'attardant aux conditions de vie des jeunes autochtones au Canada déplore qu'ils ont au moins deux fois plus de risques de vivre dans la pauvreté que les enfants des autres communautés.
Le rapport publié mardi par le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) constate d'ailleurs que la majorité des enfants des Premières Nations demeurant dans des réserves, 60%, vivaient en 2010 dans la pauvreté et que depuis, leur situation s'est aggravée. Ce taux a été mesuré à 51% chez ceux vivant hors réserves.
Chez les enfants d'immigrants, le taux de pauvreté atteignait 32% comparativement à 22% chez les enfants des minorités visibles.
Pour ce qui est des enfants qui n'appartiennent à aucune de ces catégories, le taux de pauvreté a été mesuré à 13%, similaire à celui des autres pays membres de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).
Dans des réserves, des taux qualifiés de révoltants de 76% et de 69% ont été relevés au Manitoba et en Saskatchewan. À l'opposé, au Québec, ce taux de pauvreté était de 37%.
Le rapport signale que la pauvreté est parfois exacerbée par d'autres conditions dans les réserves, tel le sous-financement chronique des écoles et des services à l'enfance, les logements surpeuplés et l'eau non potable, par exemple.
Parmi les pires de l'OCDE
Le Centre canadien de politiques alternatives a observé que le taux global de pauvreté des enfants au Canada était de 18%, ce qui le place parmi les pires de l'OCDE, au 27e rang sur 34 pays.
Le CCPA recommande notamment l'amélioration des mesures directes de soutien au revenu et des perspectives d'emploi.