Selon a représentante pour le Québec de l'Alliance de la fonction publique du Canada, Magali Picard, cela fait belle lurette que les fonctionnaires savent que les fortifications de Québec, la redoute Dauphine (photo) et la Maison-Maillou ont besoin d'être restaurées.

Patrimoine à Québec: «Il ne faut pas prendre la population pour des innocents»

L'annonce d'investissements de 35,7 millions $ par le premier ministre Stephen Harper pour le patrimoine à Québec est «carrément pathétique» et électoraliste selon le syndicat représentant les employés de la fonction publique fédérale, qui affirme que restaurer les sites patrimoniaux va de soi pour un gouvernement fédéral responsable.
«C'était prévu depuis 10 ans qu'ils avaient besoin de travaux! Il ne faut pas prendre la population pour des innocents», lance la représentante pour le Québec de l'Alliance de la fonction publique du Canada, Magali Picard. Selon elle, cela fait belle lurette que les fonctionnaires savent que les fortifications de Québec, la redoute Dauphine et la Maison-Maillou ont besoin d'être rafraîchies. «Il n'y a rien de nouveau, c'est leur responsabilité», renchérit-elle.
Elle se dit par ailleurs choquée par la prétention du gouvernement conservateur que les travaux prévus d'ici cinq ans engendreront plus de 500 emplois. Le communiqué de presse qui émane du bureau du premier ministre précise que des spécialistes en gestion des ressources culturelles tels que des architectes, des archéologues, des historiens et des ingénieurs de Parcs Canada et de Travaux publics et Services gouvernementaux mettront la main la pâte.
Elle rappelle que 64 emplois ont été coupés chez Parcs Canada et ce, juste à Québec. «Est-ce qu'on va privatiser ces services-là? questionne Magali Picard. Ce que je crains c'est que ce soit de belles annonces électorales, mais qu'on ne verra jamais de postes affichés.»
Le flou sur les Grands Voiliers
Le premier ministre, Stephen Harper, est demeuré flou sur le financement des Grands Voiliers, activité phare prévue par la Ville de Québec pour le 150e anniversaire du Canada. «Je pense que le maire a mentionné le projet à plusieurs reprises», a-t-il blagué, ajoutant que son gouvernement n'avait pas «encore pris toutes les décisions pour 2017». Mais cette réponse n'a pas semblé préoccuper le principal intéressé, qui s'est dit «pas inquiet» pour la suite des choses.