L'appareil ATR 42 était le mieux placé, selon le Service aérien gouvernemental, pour transporter des malades, avec une capacité de deux civières et de huits patients assis.

Pascan Aviation: 1 million $ en contrats sans appel d'offres

Le gouvernement du Québec a donné pour près d'un million de dollars de contrats en quatre mois à Pascan Aviation, sans appel d'offres, pour le transport de patients des régions nécessitant des soins spécialisés donnés dans les grands centres. Cela alors que l'avion gouvernemental qui fait habituellement la navette dans l'est de la province était prêt à voler.
Du 1er avril jusqu'au début de cette semaine, donc sur quatre mois à peine, Pascan Aviation a effectué 32 sorties pour un total de 423 patients montés à bord de son appareil ATR 42 adapté pour le transport de malades. Il en a coûté 935 197 $ au trésor public.
C'est une augmentation fulgurante par rapport aux années précédentes. À titre de comparaison, la même compagnie a effectué 19 transports pour 279 patients en 2013-2014, pour un débours de 600 870 $. La majeure partie des frais auraient été engagés en fin d'année, selon nos sources, notamment pour assurer la couverture du temps des Fêtes.
En 2012-2013, alors que Pascan venait de faire l'acquisition de trois ATR 42, seulement deux transports avaient été pris en charge par le transporteur privé.
Le Soleil révélait la semaine dernière que Pascan, le plus gros transporteur aérien régional du Québec avec Air Inuit, connaît des difficultés et demande une subvention ou un prêt d'un montant indéterminé au gouvernement québécois pour maintenir ses vols.
De façon générale, l'avion-hôpital du Service aérien gouvernemental (SAG), de type Challenger, s'occupe des évacuations de patients nécessitant une surveillance médicale pendant qu'un deuxième Challenger transporte le premier ministre.
Le Dash-8 du même service - payé, entretenu et exploité à même les fonds publics - fait la navette, principalement vers Québec, pour les patients stables qui habitent l'est de la province. L'appareil transporte ainsi autour de 2500 patients par année.
Le privé fait le même travail dans l'ouest du Québec. Air Creebec, propriété de la nation crie, détient ainsi un contrat de service pour la navette de l'ouest, qui lui a été accordé après un appel d'offres. Avec son Beechcraft King Air 100, Air Creebec a offert 205 jours de desserte (quatre jours par semaine) et transporté 904 patients, surtout vers Montréal, en 2013-2014. Le transporteur a reçu 1 161 100 $ pour ses services.
Le mieux placé
Pour dépanner dans l'est, Pascan Aviation n'a pas eu besoin de passer par un processus d'appel d'offres. Le SAG a évalué que le transporteur était le mieux placé pour répondre à ses besoins, faisant le constat que peu d'avions privés sont adaptés pour le transport de malades et que peu de compagnies peuvent mettre leurs appareils et leurs équipages en disponibilité.
«Il s'est donc avéré, dans le cadre de la navette de l'est, que l'avion de type ATR 42 de Pascan Aviation inc., d'une capacité de deux civières et huit patients assis, était l'appareil le plus indiqué pour ces transports, compte tenu du nombre de patients à transporter et de la capacité de Pascan Aviation inc. à répondre de façon ad hoc aux besoins de missions du programme EVAQ [Évacuations aéromédicales du Québec]», a indiqué Alexandra Reny, porte-parole du Centre de services partagés du Québec, de qui relève le SAG.
Celle-ci est ensuite revenue avec l'information qu'un appel d'offres était en préparation. Il servira à dresser une liste de prestataires de services capables de répondre aux demandes de transports médicaux du gouvernement.
Quant à l'augmentation du nombre de vols confiés à Pascan, Mme Reny l'a attribuée à la «période de transition dans le cadre du renouvellement de la flotte», sans plus de précisions.
Le nouveau ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a présenté il y a quelques semaines le prochain avion-hôpital, un Challenger doté d'un équipement médical de pointe. Les autres appareils demeurent toutefois en service jusqu'à nouvel ordre.
Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a pour sa part fait valoir que l'ATR 42 était appelé en renfort «lorsque le plan de continuité des services, établi par le SAG, le programme EVAQ et le MSSS, nécessitait que le Dash-8 agisse comme avion de relève à l'avion-hôpital et que nous avions alors besoin de noliser au privé pour assurer le service de navette».
Or, des sources bien placées ont assuré Le Soleil que le Dash-8 et les pilotes du SAG étaient disponibles pour voler dans la très grande majorité des cas. La coutume est d'ailleurs d'avoir recours au privé lors de réelles urgences, quand les avions gouvernementaux sont déjà utilisés ou hors service en raison d'un entretien ou d'un bris.
Les frais engendrés par l'utilisation du Dash-8 ne sont pas connus, car ils font partie d'un tout consolidé pour l'ensemble de la flotte gouvernementale.
Pascan Aviation n'a pas rappelé Le Soleil.