Philippe Couillard
Philippe Couillard

Pas question d’annuler la consultation sur le racisme, tranche Couillard

Annie Mathieu
Annie Mathieu
Le Soleil
«Il n’est pas question du tout d’abandonner» la consultation sur la discrimination systémique et le racisme, a laissé tomber le premier ministre Philippe Couillard jeudi matin, dissipant ainsi les doutes qui pouvaient persister quant à la tenue de l’exercice.

«Je veux être bien clair, là. Il n’est pas question d’abandonner l’idée d’une consultation sur la discrimination systémique, pas question du tout. Pas question du tout. Il est important que les gens soient entendus, que les experts soient entendus», a soutenu le premier ministre, une nouvelle fois questionné par le chef de l’opposition, Jean-François Lisée, à l’Assemblée nationale.

Celui-ci réclame carrément l’annulation de l’exercice pour le remplacer par l’adoption de mesures concrètes comme l’adoption d’un projet pilote de C.V. anonymes.

«Ce que je veux, c’est qu’on dirige davantage le résultat souhaité de cette consultation vers des résultats concrets, notamment dans l’accès à l’emploi, sur lequel le collègue a fait des propositions. Mais avant d’aller sur ses propositions, on va écouter ce que les gens ont à dire», a-t-il renchéri.

Le premier ministre a également soutenu qu’il était hors de question de réduire le nombre de groupes qui pourraient être entendus.

«Insultant»

«Ce serait assez insultant, franchement, pour eux, après qu’ils aient pris des semaines à préparer leur présentation, de leur dire: "Bien, oubliez ça, ne venez plus parler de ce que vous vivez dans votre vie quotidienne." Notre rôle ici, c’est de s’assurer que tous les Québécois, toutes les Québécoises, quelles que soient leurs origines, participent pleinement à l’économie du Québec», a plaidé M. Couillard.

La veille, il avait été plus ambigu, ouvrant ainsi la porte à de nombreuses hypothèses quant à l’avenir de la consultation. «On va réfléchir profondément à la façon de ramener ça dans la bonne direction. On va d’abord discuter entre nous», avait-il dit.