L'Office du tourisme ne fera aucune promotion touristique à l’extérieur de la grande région de Québec.
L'Office du tourisme ne fera aucune promotion touristique à l’extérieur de la grande région de Québec.

Pas de grande séduction touristique hors de Québec

L’Office du tourisme de Québec ne fera aucune promotion à l’extérieur de la capitale nationale. Elle invitera plutôt ses résidents à revisiter leur région. La stratégie plaît au maire Régis Labeaume, qui préfère adopter un profil bas dans l’idée de contrôler la propagation du virus.

«On y a pensé à faire une campagne touristique. La COVID va inégalement dans les régions du Québec. On a décidé que c’est mieux de la jouer «low profile».» 

Le maire Labeaume confirmait lundi la décision de l’Office du tourisme (OTQ) de ne faire aucune promotion touristique à l’extérieur de la grande région de Québec, qui s’étend jusqu’à Portneuf et la Côte-de-Beaupré. 

Il y a deux semaines, son directeur général, Benoit Pigeon, expliquait au Soleil, que le sujet de la promotion était délicat du fait qu’il ne fallait pas dénigrer d’autres régions plus affectées que Québec. «Nous devons être solidaires», soulignait-il alors. 

Du même souffle, il disait comprendre que certaines personnes pouvaient être réticentes à accueillir des touristes même si les hôteliers, restaurateurs et autres acteurs de l’industrie ont hâte de «reprendre du collier», selon son expression. Ils devront plutôt miser sur la population de Québec pour faire rouler l’économie touristique.

Un éléphant

Quand il est question de la crainte d’accueillir les touristes, il y a un éléphant dans la pièce. Personne n’osera nommer le «grand Montréal», qui compte pourtant pour la moitié du tourisme intra-Québec avec plus de 4 millions d’habitants. Mais tous y pensent. 

«Si on veut contrôler localement la propagation, il faut juste être prudent. Je vais dire ça de même», a répondu le maire à une question sur les inquiétudes de voir arriver les touristes en provenance de la métropole.

Déjà, des résidents de Charlevoix et du Bas-Saint-Laurent, parfois même des élus, ont manifesté publiquement leur inquiétude à la pensée que des gens d’autres régions fortement affectées viennent les visiter pendant la saison chaude.

Sondage à venir

L’OTQ dévoilera sous peu un sondage réalisé auprès de la population de la région de Québec qui porte notamment sur leur niveau d’aisance à voyager cet été, affirme Jenna Dubé, conseillère en communication pour l’office. Le coup de sonde ne va plus loin. Il ne comporte aucune question sur la crainte d’accueillir des gens de l’extérieur. N’empêche, l’OTQ a décidé de mettre «la pédale douce» sur la promotion auprès de la population d’autres régions et concentrera ses efforts auprès des résidents de la capitale nationale pour les inviter à revisiter leur région.

«Sans vous dévoiler les résultats, il y a un certain niveau d’anxiété en lien avec les grands rassemblements et le fait de visiter d’autres régions. C’est une préoccupation des gens», confirme Mme Dubé.


« On y a pensé à faire une campagne touristique. La COVID va inégalement dans les régions du Québec. On a décidé que c’est mieux de la jouer «low profile» »
Régis Labeaume

Dans un récent sondage Léger commandé par la Ville, il y a toujours un certain niveau d’inquiétude face à la pandémie même si elle est moindre que dans le reste du Canada. Ainsi, une fois le confinement terminé, 79 % seront inquiets à fréquenter les lieux publics de la Ville, 64 % à visiter les amis et la famille et 47 % à retourner au travail. 

Le même niveau d’inquiétude se manifeste face à certaines activités. Les spectacles et événements d’envergure provoquent de l’insécurité chez 67 % des répondants, 54 % craignent de fréquenter un bar ou un restaurant et 53 %, les centres commerciaux.