Pas d’annulation de taxes aux hôteliers à cause de la COVID, martèle Labeaume [VIDÉO]

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Le maire de Québec appuie les hôteliers qui demandent une aide gouvernementale directe pour les pertes financières liées à la COVID. Cependant, il ne souscrit pas à l’idée selon laquelle la Ville devrait annuler leurs taxes municipales.

Radio-Canada publiait lundi que les nouveaux propriétaires de l’hôtel Delta «s’adressent à la Cour supérieure afin d’annuler leurs paiements de taxes scolaires et municipales 2020».

Interrogé sur cette action en justice, Régis Labeaume se montre sceptique. «Ils ont le droit de le tenter, a-t-il laissé tomber. Je ne pense pas que les gouvernements ont éliminé les impôts et les taxes. Depuis sept mois, je n’ai aucune nouvelle que quelqu’un a éliminé ses taxes. Je ne vois pas pourquoi la ville devrait le faire», a-t-il ajouté. Pour lui, ça serait illégal et inéquitable pour l’ensemble des payeurs de taxes.

Du même souffle, le maire soutient qu’il garde le contact avec l’Association hôtelière de Québec et l’appuie dans ses démarches auprès du gouvernement provincial.

«On tente de faire valoir que le nouveau programme d’aide de 15 000 $ pour couvrir les frais fixes et les taxes des bars et des restaurants fermés par décret devrait aussi s’appliquer aux hôteliers.»


« Depuis sept mois, je n’ai aucune nouvelle que quelqu’un a éliminé ses taxes. Je ne vois pas pourquoi la ville devrait le faire »
Le maire de Québec, Régis Labeaume

Sans bar, ni restaurant ouvert, les hôtels sont vides. D’autant plus que le gouvernement décourage les transports interrégionaux non essentiels.

Depuis le début de la pandémie, aucun hôtelier n’a eu recours à un arrangement pour le paiement différé de ses taxes municipales. Des 354 demandes pour un prêt d’urgence adressées à la Ville, seulement 11 touchent le secteur de l’hébergement. Cependant, M. Labeaume constate que «plus le temps avance et plus c’est difficile» pour eux.